Mali : Les frappes aériennes françaises ont tué plus de 50 terroristes

Les forces françaises ont déclaré avoir tué plus de 50 terroristes et en avoir capturé quatre autres lors d’une opération au Mali. La ministre française de la Défense a déclaré que cette action avait porté un coup dur à al-Qaïda.

 

Le gouvernement français a déclaré lundi que plus de 50 terroristes liés au groupe al-Qaïda avaient été tués dans le centre du Mali lors d’une opération lancée par sa force anti-jihadiste dans la région la semaine dernière.

« Je voudrais vous révéler une opération de grande importance qui a été menée le 30 octobre au Mali par la force Barkhane, qui a pu neutraliser plus de 50 djihadistes et confisquer armes et matériel », a déclaré la ministre française de la Défense Florence Parly.

« Quatre terroristes ont été capturés », a déclaré le porte-parole de l’armée française, le colonel Frédéric Barbry.
Des explosifs et un gilet anti-suicide ont été trouvés, a-t-il déclaré aux journalistes, ajoutant que le groupe était « sur le point d’attaquer une position (de l’armée) dans la région ».

L’opération française a eu lieu dans une zone proche des frontières du Burkina Faso et du Niger où les troupes gouvernementales combattent une insurrection islamique, a déclaré Parly après une réunion avec des membres du gouvernement de transition du Mali à Bamako.

L’offensive a été lancée après qu’un drone a détecté une «très grande» caravane à motos dans la zone des «trois frontières», a-t-elle déclaré.

Alors que les insurgés se mettaient à l’abri sous les arbres pour échapper à la surveillance, les forces françaises ont envoyé deux avions de combat Mirage et un drone pour lancer des missiles, « neutralisant » les terroristes, a déclaré Parly, ajoutant qu’une trentaine de motos avaient été détruites.

Parly a déclaré que l’action militaire avait porté un coup dur à un groupe terroriste local qui a des liens avec Al-Qaida via le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), une alliance jihadiste régionale.

La ministre de la Défense est arrivée à Bamako après avoir rencontré le président nigérien Mahamadou Issoufou et son homologue nigérien Issoufou Katambe.

Intellivoire.net

Vous allez aimer lire ces articles

Mali : au pays dogon, la guerre sur un plateau

AFFAIRE TENTATIVE DE DESTABILISATION DE LA TRANSITION : Les Maliens ne doivent pas se tromper d’ennemi

Dialogue avec les djihadistes: sincérité ou duplicité ?

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct