MINUSMA: nouveau mandat, nouveaux indicateurs de progrès et budget rehaussé

Le Conseil de sécurité de l’ONU a prorogé, hier lundi 29 juin 2020, la mission des casques bleus au Mali, pour une année de plus, soit jusqu’en juin 2021. Si l’effectif de cette nouvelle mission reste intact, le principal changement concerne son budget qui a connu une « légère croissance : 1,2 milliard de dollars (soit 600 milliards de FCFA) contre 1 milliard de dollar.

Ce coût de fonctionnement annuel maintient la MINUSMA comme « la troisième opération de paix la plus coûteuse » au monde.

En effet, le nouveau mandat de la MINUSMA devrait : « redéfinir de nouveaux indicateurs de progrès sur l’Accord pour la paix et la réconciliation, pour la section désarmement, démobilisation, réinsertion et réintégration, pour la réforme constitutionnelle et pour la mise en place de la zone de développement du nord » indique la résolution adoptée à l’unanimité par les 15 membres du Conseil de sécurité de l’ONU, qui ont décidé de ne pas changer l’effectif de la mission Onusienne, sans toutefois exclure la possibilité que : «  les effectifs de la MINUSMA pourront continuer à aller jusqu’à 13.289 militaires et 1.920 policiers ».

Par ailleurs, la nouvelle Résolution exhorte les autorités maliennes et les groupes armés signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation, à accélérer « urgemment » sa mise en œuvre.

De même, le Conseil de sécurité s’impatiente de : « voir des progrès dans le domaine du désarmement et de la réintégration d’ex-membres de groupes armés, une réforme constitutionnelle et le rétablissement d’une présence étatique et d’autorités dans le centre du Mali » et cela, dans un bref délai, indique la résolution adoptée, qui devra particulièrement, avoir un regard sur le centre du Mali, où l’on s’inquiète de la « détérioration » de la situation sécuritaire, avec ses « 580 personnes tuées depuis janvier 2020 ».

Face à cette situation, les membres du Conseil de sécurité invitent les autorités maliennes à «ouvrir rapidement des enquêtes approfondies, impartiales et indépendantes» sur les violences commises au centre.

Et là-dessus, l’on est formel et unanime à l’ONU, le temps presse, des progrès plausibles sont attendus de Bamako. C’est dans cette logique, que la nouvelle mission prévoit pour la « première fois », des critères qui permettront d’« évaluer les progrès » au centre du Mali notamment.

En outre, la nouvelle mission Onusienne pour la paix au Mali devra accentuer son soutien à la force conjointe du G5 Sahel, pour plus d’efficacité lors des missions sur le terrain.

Enfin, faut-il le signaler, c’est sur « insistance » singulière de Paris, principal rédacteur de la Résolution adoptée, que le Conseil de sécurité a procédé à la prolongation du mandat de la MINUSMA pour une année.

Ousmane Tangara

Source: Bamakonews

Vous allez aimer lire ces articles

La levée des sanctions imposées au Mali par la CEDEAO est liée à la nomination d’un Premier ministre civil

Mali : l’embargo imposé par les Etats voisins a pesé sur l’économie du pays

Mali : Les sanctions de la CEDEAO ne seront levées qu’après la nomination d’un Premier ministre civil (officiel)

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct