Malijet.co

MOPTI : Le PM Boubou Cissé dans la zone exondée en homme de dialogue et de paix

Le Premier ministre a effectué un séjour de cinq jours dans la région de Mopti pour tenter de ramener la paix et la tranquillité dans une région en proie à des violences depuis plus de 3 ans. En tout cas, c’est la première fois depuis l’éclatement de la crise qu’un responsable de haut niveau séjournait dans la région de Mopti en un temps si long.

Le moins que l’on puisse dire, à en croire certains membres de la délégation du PM qui ont fait la restitution, le PM Boubou Cissé est un homme de dialogue et de paix. Dans toutes les zones visitées, le Premier ministre a échangé avec les communautés pour d’une part recueillir leurs préoccupations et d’autre part recoller les morceaux et faire baisser une fois pour toutes les tensions.

Sur le plan sécuritaire après son séjour les choses semblent bouger et depuis on note une accalmie. Mais, il faut reconnaître quand même que c’est sous Boubou qu’il y a eu autant de carnage que son prédécesseur. En tout cas, pour une fois depuis la fin de sa mission de cinq jours la région vient d’enregistrer une accalmie. Pour une fois, depuis plus de six mois, l’on vient de passer en région de Mopti plus de 72 h sans carnage.

Qu’est-ce qui explique cela ? Certains l’attribueraient aux limogeages de certains chefs militaires ou à l’engagement des cadres du Haïré et du Séno qui étaient dans la délégation ministérielle. De toutes les façons, l’on peut attribuer ce début de paix à la touche de Boubou et aussi à l’engagement des cadres des deux zones vivant à Bamako.

De l’avis de certains ressortissants de la région de Mopti, les choses semblent prendre la route depuis le passage du Premier ministre dans la région. Le Premier ministre a certes pris son temps pour aller voir les populations meurtries et les écouter. Toutes choses que les populations ont appréciées.

Cette tournée du PM en région de Mopti semble avoir porté ses fruits pour la paix et la cohésion sociale. Le PM a aussi rencontré les troupes sur le théâtre des opérations, toutes choses qui ont mis du baume dans le cœur des FAMa. Plus de 3500 éléments supplémentaires sont annoncés dans la région et une partie du contingent est déjà sur le terrain.

Cap sur la zone inondée…

Après la zone exondée, le Premier ministre doit très vite effectuer une mission d’une durée semblable dans les cercles de la zone inondée où les populations vivent mais ne dorment pas en raison des actes terroristes et des tueries ciblées.

Ici aussi le Premier ministre devrait se faire accompagner par des fils du terroir pour tenter de redonner espoir à ces cercles où les jihadistes font et continuent de faire la loi. Les populations de Ténenkou, Youwarou et Djenné connaissent de sérieux problèmes depuis le déclenchement de la crise.

Boubou Cissé a donné le ton pour le retour de la paix dans la région de Mopti, qui connait un nombre important de déplacés victimes des violences communautaires. Des déplacés ne demandent aujourd’hui que des actions pour faciliter leur retour, car ils souffrent de l’éloignement de la terre de leurs ancêtres. Avec le maillage sécuritaire annoncé par le Premier ministre, il serait bon de travailler pour le retour des déplacés.

Cette année tout doit être mis en œuvre afin que les 8000 tonnes de vivres accordées à la région de Mopti arrivent à destination. Cette année, ces vivres ne doivent subir ni de prélèvement encore moins de détournement. Les autorités régionales doivent tout mettre en œuvre pour que la transparence soit effective.  L’on murmure déjà que quelque chose est en train d’être mijoté.

La rencontre avec Toloba, diversement interprétée

Ce que les gens n’ont pas compris lors de cette mission, c’est cette rencontre du PM avec la milice d’autodéfense dissoute par le conseil des ministres du 23 mars 2019, alors que Boubou Cissé même était ministre du gouvernement SBM. Cette rencontre avec Toloba et ses combattants a été diversement interprétée.

Est-ce à dire que cette décision du conseil des ministres n’était pas la bonne. Dans tous les cas, Youssouf Toloba et ses hommes avaient bel et bien dit à la face du monde que l’on ne pouvait dissoudre Dan Na Ambassagou.

L’histoire a donc donné raison à Toloba puisque le chef du gouvernement l’a rencontré avec ses hommes. Que vaut alors une décision prise en conseil des ministres ? Si c’est vraiment pour le Mali et pour la paix, les Maliens acceptent et pardonnent l’acte.

Ibrahima A. Tiocary dit Fulany Notre Printemp

 

Source: Notre Printemps

Vous allez aimer lire ces articles

Mali: 5 morts dans l’attaque d’un convoi militaire au centre du pays

Mali: 5 soldats maliens tués dans une embuscade

Armée de l’air/Mali : Un troisième hélicoptère livré par la Russie

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct