Au lendemain de l’assassinat du Général Qassem Soleimani, les décideurs politiques iraniens ont immédiatement ripostés en tirant 22 missiles sur deux bases américaines se trouvant en Irak. Cette riposte de Téhéran à Donald Trump a amené celui-ci à se rétracter en tenant un discours dans lequel il a joué l’apaisement en se félicitant du fait que le bombardement iranien n’avait fait aucune victime.


La leçon que j’ai personnellement retenue de ce bombardement des autorités politico-religieuses de l’Etat islamique d’Iran c’est qu’au lieu de se rassembler dans des mosquées pour lire le Coran afin de maudire l’ennemi américain elles ont décidé de riposter en faisant usage de leur puissance de feu. Ceci est un bel exemple pour les populations musulmanes des pays du G5-Sahel qui pensent que c’est dans la prière et la lecture du Coran qu’on viendra à bout des groupes extrémistes violents.

Lire aussi : le-ministre-tchadien-de-la-defense-en-mission-au-mali
Depuis janvier 2012 à Aguelhok où 153 militaires maliens ont été égorgés par des groupes extrémistes violents, les autorités politiques de ce pays en complicité avec les imams n’ont fait qu’organiser des séances de prière et de lecture du Coran dans les mosquées au nom de la paix et de la sécurité.

Lire aussi : defense-des-blindes-pour-les-forces-armees-maliennes

Pour quels résultats tangibles sur le terrain si ce n’est l’horreur et la désolation ? Sommes-nous plus musulmans que le peuple iranien ? Pendant plus de sept ans, dans tous les grands rassemblements du pays et parfois même sur les groupes ou forums Whatsapp ou Facebook sur lesquels nous échangeons quant à l’avenir de ce pays, le refrain demeure le même : “qu’Allah protège nos FAMA!”…”Une minute de prière pour le repos de l’âme de nos soldats tombés!”… ”Que Dieu sauve le Mali!”…Non! Aucun Dieu doté d’une quelconque miséricorde ne viendra rien changer dans ce pays tant que nous-mêmes nous ne voudrions pas du changement dans notre vie de tous les jours. Tous les imams du Mali doivent se considérer comme des martyrs au même titre que nos FAMA. Sans ce préalable il n’y aura jamais la sécurité et la stabilité dans ce pays.

Lire aussi : nord-mali/tessalit-les-ministres-de-la-defense-tchadien-et-malien-aux-cotes-des-troupes
L’Iran est un pays musulman. Ils lisent le même Coran qui se trouvent entre les mains de nos oulémas. Ils savent très bien que le prophète de l’Islam n’a pas croisé les bras au moment où il était persécuté par ses ennemis. Ils savent qu’à un moment donné il faut savoir faire comprendre à l’ennemi que tout ne lui est pas permis. La religion nous enseigne la patience mais elle nous enseigne également le combat.
Tous les oulémas iraniens se considèrent comme des martyrs et lis sont tous prêts à mourir pour la défense de leur Patrie. Ici, au Mali, les imams et autres guides spirituels peuvent remplir le stade du 26 Mars pour faire des bénédictions aux fidèles ou formuler des revendications politiques du genre demander le départ d’un premier ministre mais ils ne savent pas comment mobiliser les croyants pour pacifier et sécuriser leur pays. Paradoxal non ? Ou bien ils sont en connivence avec les groupes extrémistes pour terroriser les pauvres populations afin de les faire adhérer à leur version de l’islam ?

Lire aussi : les-ministres-tchadien-et-malien-de-la-defense-aux-cotes-des-troupes-a-tessalit-dans-le-nord-du-mali-pour-le-reveillon
En 1975, pour réussir l’organisation de la marche verte dans le but de récupérer le Sahara espagnol (actuel Sahara occidental, disputé avec le Front Polisario), le roi Hassan II s’est appuyé sur les imams de son pays afin d’assurer la mobilisation de son peuple. Jusque-là les oulémas du Mali n’ont jamais organisé une marche dans le but de bouter hors du territoire national les groupes extrémistes violents et leurs suppôts (marchands d’armes et de stupéfiants).

Lire aussi: defense-et-securite-pour-une-gestion-inclusive

Les mêmes musulmans qui ont manifestés contre la réforme du code de la famille en 2009 sous prétexte que le nouveau code serait contraire à notre dignité viennent d’être taxés d’indigne par Macron à Pau devant le président IBK et à présent ils restent muets comme une carpe. Les mêmes guides spirituels qui nous demandent de prier ou de lire le Coran pour le repos de l’âme des militaires tombés au front ne sont pas prêts aujourd’hui à payer le prix le plus fort pour que nous ayons la paix partout au Mali. Le prophète Mohamed (PSL) n’avait -il pas été blessé au combat ? Se battre pour sa Patrie et même y laisser sa vie n’est-il pas considéré en Islam comme un acte de Foi ?

Lire aussi : crise-malienne/defense-des-blindes-pour-les-forces-armees-maliennes
Oui, la religion musulmane, si elle est bien comprise et bien pratiquée peut nous permettre de réussir notre vie d’ici-bas et celle de l’au-delà mais à condition que les croyants soient toujours prêts au “djihad” (Effort). Le djihad pour défendre sa foi mais également sa Patrie.

Lire aussi: crise-malienne/conseil-superieur-de-la-defense-la-reforme-des-forces-armees-malienne-lordre-du-jour

Malheureusement, pour le moment dans ce pays, nous avons plus de mosquées que de croyants c’est pour cela que nous croyons que ce sont les enfants d’autrui qui doivent venir mourir à notre place en assurant notre sécurité. Notre réveil sera brutale !
Paix et repos éternel à Qassem Soleimani et à tous les musulmans morts pour la défense de leur Patrie. Amen!

Sambou Sissoko

Source: Bamada.Net