Le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita, a ouvert la porte à des pourparlers avec les djihadistes pour désamorcer la montée de la violence dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, en rupture avec une longue tradition.

Malgré la présence de troupes étrangères, le Mali a du mal à contenir une révolte djihadiste qui a éclaté en 2012.

Des milliers de soldats et de civils sont morts dans le conflit, qui s’est également étendu au centre du Mali et au Burkina Faso et au Niger voisins.

Parler aux dirigeants djihadistes a longtemps été un anathème pour le gouvernement de Bamako, même si les attaques meurtrières ont augmenté. Le Mali avait précédemment ignoré plusieurs appels à négocier.

Pourquoi Keita a-t-il inversé le cap maintenant, et quel effet sa décision aura-t-elle?

– Pourquoi maintenant? –

Keita a déclaré lundi aux médias français que le nombre de victimes avait augmenté “de façon exponentielle”, il est donc temps d’explorer de nouvelles options.

Son représentant dans le centre du Mali a déjà envoyé des envoyés auprès des deux principaux djihadistes du Mali, Amadou Koufa et Iyad Ag Ghaly.

Bien que cette décision soit un changement radical, le gouvernement du Mali a probablement parlé en secret aux djihadistes avant de négocier des cessez-le-feu ou de récupérer des otages.

Jean-Herve Jezequel, directeur de projet pour l’Afrique de l’Ouest à l’International Crisis Group (ICG), a déclaré que le dialogue précédent n’avait aucune dimension politique.

Les appels croissants à des pourparlers avec des djihadistes tant maliens qu’étrangers ont poussé le gouvernement à envisager cette option, a-t-il déclaré.

L’ICG lui-même a lancé un tel appel. En mai de l’année dernière, il a exhorté le gouvernement à tenir des pourparlers afin de mettre fin à l’effusion de sang.

La France, principal bailleur de fonds du Mali, a précédemment exclu tout dialogue. Il passera bientôt sa force militaire au Sahel de 4 500 hommes à 5 100 hommes environ.

À la fin de l’année dernière, le chef d’état-major de l’armée française, François Lecointre, a déclaré que la vision de la France pour un Mali démocratique et lié par la loi “ne tient pas compte de ce type de négociations”.

Mais Niagale Bagayoko, le président du Réseau du secteur de la sécurité en Afrique, a déclaré que l’évolution des faits sur la base et de l’opinion publique “a pu changer de position” en France.

– Qu’y a-t-il à négocier? –

Jezequel de l’ICG a averti que l’annonce est une “première étape”.

Il a cité l’exemple des négociations qui s’étalent sur des années entre les talibans et les États-Unis en Afghanistan.

Mais les négociations “ouvrent de nouveaux champs de possibilités”, a ajouté Jezequel.

Les questions sur la table pourraient inclure le retour de l’État dans des régions abandonnées du pays, a-t-il dit, ou des militants rejoignant l’armée.

Bagayoko était plus pessimiste. “Qu’est-ce qu’une armée presque complètement hors de contrôle a à offrir aux djihadistes?” elle a demandé.

Un diplomate africain qui a refusé d’être nommé a déclaré que la question était de savoir quel compromis Bamako accepterait, avertissant que l’opinion publique pourrait enclencher les négociations.

– Les djihadistes seront-ils rachetés? –

Keita a déclaré dans l’interview de lundi qu’il avait personnellement connu le dirigeant djihadiste Iyad Ag Ghaly alors qu’ils étaient tous deux conseillers du gouvernement.

Iyad Ag Ghaly est le chef du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), qui est lié à Al-Qaïda.

Keita a décrit le djihadiste comme ayant été “courtois” lorsqu’il l’a connu.

Bagayoko, du Réseau du secteur de la sécurité en Afrique, a déclaré que Keita voulait montrer que Iyad Ag Ghaly n’était pas toujours “un terroriste”.

De même, Jezequel a déclaré que la croyance que les djihadistes étaient déterminés à simplement détruire est erronée.

“Ce sont des acteurs politiques comme les autres”, a-t-il dit, ajoutant qu’ils étaient capables de négocier.

– Qui négocierait? –

Des experts font flotter le nom de Mahmoud Dicko, un imam influent, en tant que négociateur potentiel.

Bête noire dans les couloirs du gouvernement à Bamako, il a néanmoins agi auparavant comme médiateur entre le gouvernement et les groupes armés.

Du côté djihadiste, Bagayoko a averti que les militants ne sont pas un bloc cohésif et qu’il n’était pas clair comment leur rang réagirait aux négociations.

Le diplomate africain a averti que les pourparlers pourraient également creuser l’écart entre les groupes liés à Al-Qaïda et ceux alliés à l’État islamique.

Keita a accepté de parler aux affiliés d’Al-Qaïda. Mais sa position sur le groupe État islamique n’est pas claire.

Le président n’a ni exclu la possibilité de pourparlers avec le chef de la branche sahélienne du groupe État islamique, Adnane Abou Walid al-Sahraoui, ni les a avalisés.

La France, pour sa part, a qualifié l’État islamique d ‘”ennemi prioritaire” au Mali.