«Répression sanglante» de la manif du 11 juillet : Amnesty Internationale exige une enquête approfondie

Composé d’opposants politiques et de composantes de la société civile ainsi que de religieux opposés à IBK, le mouvement M5-RFP battait le pavé pour la troisième fois, le 10 juillet 2020, avec le même dessein d’obtenir la démission du président IBK et de son régime. Après le rassemblement Place de l’indépendance, au cours duquel Issa Kaou Djim, pour déclencher la désobéissance civile, a appelé à la tribune à occuper la devanture de la Primature, de l’ORTM et l’Assemblée nationale, les manifestants ont pris d’assaut plusieurs bâtiments officiels et bloqué les accès aux différents ponts de Bamako. Ils seront finalement atrocement réprimée par les forces de l’ordre, et on déplore de nombreux morts par-delà les dégâts matériels estimés à plusieurs centaines de millions. Le Premier ministre Boubou Cissé a parlé de 11 morts, l’ONU de 14 manifestants tués mais pour le M5 RFP, il y’a eu au moins 23 morts et plus de 150 blessés.

Dans un communiqué, le 5 août 2020, Amnesty International a dénoncé la «répression sanglante» des manifestations et exigé l’ouverture d’une «enquête approfondie» sur les tueries dont une dizaine par balles.

Notons que situation a dégénéré, le 11 juillet, après des rumeurs ont fait état de l’arrestation de la figure emblématique de la contestation, l’imam Mahmoud Dicko. «Des manifestants et des habitants se sont rassemblés près de son domicile», a expliqué dans un communiqué, Ousmane Diallo, spécialiste de l’Afrique de l’Ouest à Amnesty. «Des agents de sécurité et des policiers ont alors tiré à balles réelles sur les manifestants, tuant quatre personnes», a dit le même responsable d’Amnesty.

L’ONG affirme également que plusieurs personnes ont été tuées par des balles perdues alors qu’elles ne participaient pas aux manifestations. Elle cite le cas d’un homme de 25 ans atteint dans une mosquée et celui d’un laveur de voitures de 21 ans. Amnesty estime à «au moins 11» le nombre de manifestants et de passants tués. Dans son communiqué, l’ONG réclame aussi une «enquête approfondie» sur le rôle qu’aurait joué la Force spéciale antiterroriste (Forsat) dans ces événements. Cependant, selon des témoins cités par Amnesty, «des hommes encagoulés et lourdement équipés et armés et soupçonnés d’appartenir aux Forsat sont arrivés à bord de deux bus banalisés afin d’interrompre (un) rassemblement» de l’opposition. Ils sont également soupçonnés d’être intervenus aux abords du domicile de l’imam Dicko.

En attendant, les protagonistes, « Régime et le M5-RFP » s’accusent mutuellement. Alors que du côté du régime, on regrette « les scènes de violence et de saccage » en violation des règles de l’Etat de droit pour le M5, le principal responsable de ces massacres n’est autre que le régime. « Les manifestants étaient à mains nues », ont-ils noté dans un communiqué. Et d’annoncer le dépôt de plaintes auprès des juridictions nationales et de la Cour pénale internationale pour situer les responsabilités dans les tueries et les blessures lors de la manifestation des 10, 11 et 12 juillet 2020. «Nous ne pouvons pas accepter que l’argent du contribuable utilisé pour équiper nos forces armées et de sécurité pour combattre le terrorisme que ces armes soient retournées contre les Maliens à mains nues», ont protesté les responsables du M5-RFP.

 

Amidou KEITA

Source: Le Témoin

Vous allez aimer lire ces articles

Le poste simultané de la douane et de la gendarmerie de Didieni visé par des hommes armés: Un mort, des armes et des munitions emportées

Lutte antiterrorisme au sahel: La tête de Sahraoui mise à prix pour 5 millions de dollars par le département d’Etat américain

Un discours qui suscite de l’espoir

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct