Sahel, Kouré : Tués par la France !

Huit humanitaires, huit donneurs d’espoir, huit êtres humains froidement abattus, leur voiture calcinée, l’espoir brisé de leur famille, un Sahel endeuillé sur cette terre meurtrie du Niger, jadis havre de paix, symbole de stabilité entre les communautés et référence d’unité nationale avant l’opération françaises SERVAL.

 

Le Sahel est devenu un enfer, depuis un certain janvier 2013, quand la France a eu la plus injuste idée de fausser compagnie à l’armée malienne à Gao, de progresser seule à Kidal pour remettre en selle le mouvement terroriste du MNLA, chassé quelques mois plus tard par ses complices, parce que, ses éléments instables ne pouvaient s’arrêter ni de voler, ni de piller, ni de violer, exacerbant l’hostilité des populations autochtones et radicalisant la résistance de la jeunesse de Gao. L’Opération SERVAL a d’abord été une trahison. Beaucoup étaient ceux qui pensaient au Mali, que cette opération militaire française était venue plutôt libérer le MNLA, leur créature, battue et chassée par les hordes criminelles qu’elle avait convoyées pour détruire les populations sédentaires autochtones et installer un chaos sur lequel ses ambitions pourront fleurir. Le plan français a trouvé sur son chemin le plan divin qui devait écrire l’histoire autrement. Le MNLA détruit, déboussolée et en lambeaux n’a dû son salut qu’à la rapidité de ses jambes. Le plan de Sarkozy venait d’échouer. Entre temps, Iyad Ag Ghaly, agent infiltré des services français, s’active à pousser ses compagnons terroristes à l’erreur qui fera déclencher la colère internationale : progresser vers Bamako, site de plusieurs chancelleries du monde occidental. Iyad jouait le jeu français et faisait monter la pression sur Bamako déjà éprouvé par le coup d’Etat. Il réussit et la France pour le récompenser, lui fait un couloir de sécurité depuis le Gourma jusqu’aux hauteurs de l’Adrar, sauf-conduit dont il bénéficie encore et qui lui sert de bouclier pour narguer le monde entier. Iyad continue de servir la France à travers l’assassinat ciblé et l’enlèvement de cadres sédentaires, pour terroriser davantage et mettre en pratique le plan de génocide froid et différé sur les populations autochtones du Sahel.

En 2013, l’opération SERVAL a, dès son arrivée désarmé la jeunesse Songhay qui résistait face aux terroristes. Arrivée à Kidal, elle invite le MNLA réfugié au B Faso et en Mauritanie de rejoindre la région, en lui fournissant des armes sophistiquées et de l’argent frais sous le prétexte qu’il aidera la France à traquer les terroristes. Deux poids deux mesures, une politique ségrégationniste qui en dit long sur la volonté de la France contre la population Songhay majoritaire et héritières du seul Empire connu dans cette partie du Sahel. Dès lors le MNLA invita ses anciens complices avec lesquels il partage l’appartenance au même groupe touareg et continue son petit jeu que Paris feint d’ignorer.

Ainsi ce qui arriva à Kouré, arrive tous les jours au Nord du Mali, les opérateurs économiques Songhay sont sous la menace permanente de ceux que la France a armé et qui jouent son jeu au Sahel. La jeunesse se bat comme elle peut, cible d’assassinats ciblés, de vols et de pillage.

Les morts de Kouré sont les morts de la France. Emmanuel Macron est le seul responsable de ce qui se passe au sahel. La France refuse le désarmement des groupes Touaregs, qui pillent, volent et assassinent, jusqu’à quand ?

La France est seule responsable du génocide en cours depuis 2013, qui empêche les communautés sédentaires de vaquer à leurs affaires. Génocide qui tente d’instaurer la peur chez les communautés Songhay pour les forcer à fuir et à abandonner leur terroir. La France est seule responsable de la haine entre communautés qui jadis avant son arrivée étaient sœurs et vivaient les uns dans les autres. La France est seule responsable de la mort de soldats maliens, africains, français et étrangers, victimes d’un terrorisme orchestré en 2013 pour mieux rester. Orchestration qui a permis à la France, celle par qui tout a commencé de régner par la terreur sur le Sahel, avec l’onction internationale en sus.

Ali DIARRA 

La Lettre du Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Le poste simultané de la douane et de la gendarmerie de Didieni visé par des hommes armés: Un mort, des armes et des munitions emportées

Lutte antiterrorisme au sahel: La tête de Sahraoui mise à prix pour 5 millions de dollars par le département d’Etat américain

Un discours qui suscite de l’espoir

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct