SANCTIONS DE LA CEDEAO CONTRE LE MALI: Choguel annonce la poursuite des négociations

Le samedi 14 janvier dernier, le Premier ministre de transition, Choguel Maïga, dans une interview de près d’une heure et demie diffusée sur l’Ortm, a évoqué la poursuite desnégociations avec la Cédéao. Il a profité de l’occasion pour évoquer l’attitude de la France ou encore les « rumeurs » sur la présence du groupe Wagner dans le pays.  

Sur la chaine nationale, le chef du gouvernement a évoqué une possible plainte contre les sanctions de la CEDEAO devant les juridictions sous régionale. Mais en ce qui concerne la Cour de justice de la CEDEAO, il est impossible que le pays puisse porte plainte contre l’organisation puis que le Mali et la Guinée ont été suspendus par la Cour de justice, le 30 septembre 2021.  Le président de la Cour de justice a décidé de suspendre les procédures concernant le Mali et la Guinée en application de la décision de la Conférence des chefs d’État de la CEDEAO de suspendre ces deux États membres. Cependant,  Choguel Maïga a encore indexé la France qui serait à la manœuvre.

Choguel sur les accords de Défense   

Remontant au début de l’intervention militaire française dans le pays, le chef du gouvernement accuse Paris d’œuvrer à « la désintégration » de l’État et réitère l’intention des autorités de transition de relire les accords de Défense jugés « déséquilibrés ».

Et quant à la Cédéao, son « erreur est de tout ramener aux élections » qui ne sont « pas une fin en soi », juge Choguel Maïga qui rappelle les maux du pays. Ce sont, selon lui, les élections contestées, la corruption, le détournement d’argent public, l’impunité, l’insécurité. C’est là une justification de la nécessité de réformer avant d’aller au vote. Les engagements pris par les autorités

« La mission est sacrée, mais c’est le terrain qui commande », a dit le PM Maïga. « Nous ne voulons pas l’humiliation. Nous ne fermons pas la porte au dialogue », rappelle également le Premier ministre de transition.

Pour le moment, aucune indication sur une nouvelle proposition du chronogramme électoral. Mais, comme l’a dit le président de la transition, ils ne sont pas là pour durer, mais veulent faire aboutir les réformes.

Enfin, sur la présence de mercenaires russes du groupe Wagner dans le pays, Choguel Maïga dément à nouveau les « rumeurs ». Selon lui, la guerre psychologique et l’intoxication ne peuvent pas les perturber ».

Lansine COULIBALY   

Source: LE COMBAT

Vous allez aimer lire ces articles

L’ONU dit regretter le départ du Mali du G5 Sahel

Putsch avorté au Mali : Le Conseil militaire rassure

PRIMATURE: Abdoulaye Diop peut-il remplacer Choguel ?

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct