Malijet.co

Seidina Oumar Maiga, jeune leader politique : « La triste épisode de Sokolo met à nu les carences de la chaîne militaire… »

Au lendemain de l’attaque terroriste du camp de Sokolo situé à la frontière mauritanienne, l’élite politique continue de donner de la voix. C’est le cas de Seidina Oumar Maiga qui s’est s’exprimé sur le sujet au cours d’une rencontre que nous avons eue avec lui.


Actif sur les réseaux sociaux, Mr Maiga ne manque pas de s’exprimer sur les sujets d’actualité à travers des analyses poignantes. Il a déploré la façon dont les faits se sont déroulés au vu et su de tous. Le manque de soutien lors de l’attaque qui a fait 20 morts et 5 blessés du côté des FAMAs, et « 4 tués côté ennemis », selon le dernier bilan gouvernemental est vivement condamné par ce dernier.
Pour Seidini Oumar Maiga « il faut être en mesure d’évaluer les stratégies de guerre face aux défis de l’heure. Les attaques se multiplient au fil des mois contre nos FAMAs et le manque d’assurance des populations est criard. ». Il explique son inquiétude par le fait que l’attaque de Sokolo est la première d’envergure de l’ennemi en début 2020. Ce qui réveille à ses yeux, les démons de l’année 2019 qui débuta avec l’attaque de Koulogo. Ce fut précisément le 4 janvier, alors que le peuple ne s’était pas remis de la fin d’année émaillée par une crise post-électorale. La présidentielle venait de finir et certains candidats avaient lancé un bras de fer. Une foire aux empoignes qui paralysa le dialogue politique des mois durant. Question tranchée par Seidina en déclarant « La triste épisode de Sokolo met à nu les carences de la chaîne militaire provoquant un psychose en ce début d’année 2020.
Si le contexte actuel est plus porté sur les législatives, Seidina Oumar ne manquera pas de fustiger l’arène politique en ces termes : « L’année écoulée fut, à maints égards, celle de sérieuses empoignades politiciennes avec la déchirure du tissu social qui nous a conduits vers des horizons inconnus et incertains ». Une façon de dire que le jeu des ambitions allant à accepter ce sur quoi on vomissait la veille ne peut que conduire le Mali dans le mauvais sens. Chose visible avec des alliances entre le RPM et plusieurs formations incompatibles pour constituer les listes législatives. Pourtant, c’est bien l’entente ente acteurs politiques et décideurs qui pourra galvaniser l’union sacrée tant recherchée pour sortir le Mali de la conjoncture, a-t-il indiqué.
« Le pays est sensible sur le plan sécuritaire à travers la crise du centre où on ne finit pas de compter nos morts. Au même moment, la montée du joug terroriste reste inquiétante face à l’absence de l’Etat dans plusieurs localités du pays profond », enfonce Seidina Oumar Maiga . Il appelle chacun des Maliens à une appréciation orientée sur la profondeur de la situation sécuritaire. « Le monde qui se dessine sous nos yeux porte de nombreuses incertitudes. Il porte des germes nationalistes, séparatistes et même populistes. L’option des armes vaille que vaille, est une atteinte grave à la sécurité collective et la quiétude sociale d’où la remise en cause des actions des forces armées étrangères au Mali et au Sahel », a-t-il ajouté.
Pour terminer, le jeune leader lance ceci : « Le vivre ensemble est d à préserver avant d’interpeller les autorités à éviter toute psychose au sortir d’une année 2019 très éprouvante.
Idrissa Keïta

Source: Le Point du Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Législatives et insécurité : au moins six candidats « enlevés par des groupes armés »

Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les Européens lancent une force Takuba amoindrie

Enlevés mercredi 25 mars dans le cercle de Nianfuké: Soumaïla Cissé et ses compagnons entre les mains de Koufa Une rançon et la libération de terroristes réclamées par leurs ravisseurs

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct