Malijet.co

Sommet de Pau : les contre-vérités de Macron ne sont pas dignes d’un chef d’Etat

Au-delà des résultats appréciables du somment de Pau (Redéfinition des objectifs et des termes d’organisation de l’intervention commune de la France et des pays du sahel; Révision de la stratégie de défense et de lutte contre les forces du mal; Renforcement des capacités opérationnelles des armées sahéliennes; Coordination des actions de Barkhane et du G5 Sahel, etc.) dont je me réjouis et que je salue au passage, je voudrais pousser un coup de gueule contre des passages honteux de la conférence de presse du président Emmanuel Macron dont voici des extraits: “j’entends beaucoup de choses sur les réseaux, dans les déclarations; j’entends beaucoup de gens dans votre pays qui disent tout et n’importe quoi; les discours que j’ai pu entendre ces dernières semaines sont indignes.”

Ces déclarations du président Macron sont impertinentes et révèlent au mieux sa condescendance, au pire son impertinence. Ce président est loin du compte, il confond audace et outrecuidance, et je doute fort qu’il ait saisi toutes les évolutions et la mutation de la jeunesse sahélienne en général et de la jeunesse malienne en particulier.

Lire aussi : au-mali-lopposition-radicale-critique-le-sommet-de-pau

Je sais que le mot digne est un mot qu’il affectionne dans le discours politique, mais l’emploi de son contraire pour qualifier les supposés discours d’une grande majorité des communautés maliennes présentes sur les réseaux sociaux ne reflète nullement les opinions et les attentes de ces communautés et tombe par conséquent dans le giron du mensonge et de la manipulation intellectuelle. Par ce mot, il se discrédite en grande partie auprès des communautés du Sahel.

Lire aussi : au-mali-lopposition-radicale-critique-le-sommet-de-pau

Ce président n’est pas malheureusement à sa première communication maladroite sur l’Afrique et les Africains, l’orgueil et la condescendance feraient partie de son ADN.

Lire aussi : sommet-de-pau-la-montagne-va-t-elle-accoucher-dune-souris

Que le président Macron dise qu’il a entendu certaines gens dans notre pays dirent tout et n’importe quoi peut se comprendre, mais qu’il dise qu’il a entendu beaucoup de gens dans notre pays dirent tout et n’importe quoi est tout simplement faux et archi-faux. C’est un mensonge et cela n’est pas digne d’un Chef d’Etat d’une grande nation, une nation de lumière, qui compte et qui a donné au monde quelques-uns de ses enfants les plus illustres!

Lire aussi : sommet-de-pau-la-rencontre-de-toutes-les-desillusions

J’avais accordé peu de crédits à son jeune âge pensant à l’adage “Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années”, mais force est de constater que la gestion de la politique africaine de la France du président Macron est arrogante, maladroite et par conséquent contre-productive. Il ne semble pas avoir saisi les subtilités de l’Afrique plurielle.

Lire aussi : 

Qu’il souffre désormais de savoir qu’il y’a une jeunesse sahélienne éveillée largement représentative des opinions publiques dont elle émane; jeunesse décomplexée par rapport à la France, et qui n’aura pas peur de lui dire les vérités qui fâchent.

Lire aussi : au-mali-lopposition-radicale-critique-le-sommet-de-pau

Qu’il souffre désormais qu’on lui dise que les soldats français morts au Mali sont tombés pour la France et non pour le Mali; et que ce pays est au Mali pour défendre ses intérêts et non ceux de ce pays. Certes, il se trouve que les intérêts franco-maliens convergent et qu’il est de la plus haute importance que ces deux pays mutualisent leurs moyens afin de combattre les forces du mal, forces disséminées au Sahel, à la suite de la destruction de la Jamahiriya Libyenne par les occidentaux, et à leur tête la France.

Lire aussi : politique/sommet-de-pau-2020-declaration-finale-des-chefs-detats-du-g5-sahel

Oui, la France est au Mali pour défendre ses intérêts, n’ayons pas peur de le dire, n’ayons pas peur de le seriner! Pour illustrer cette affirmation, je terminerai en disant que si la France était soucieuse de l’intérêt supérieur du Mali, elle n’allait pas rendre, plus difficile, l’accès de ses universités aux enfants de ce pays, l’éducation étant par définition le premier capital d’un pays. Elle n’allait pas non plus interdire à l’armée malienne de libérer la ville de Kidal après les libérations des villes de Gao et de Tombouctou !

Wa Salam

Ousmane Wane

Source : Bamada.Net

Vous allez aimer lire ces articles

Ansongo: 9 soldats maliens ont trouvé la mort dans une embuscade à Bentia

Pour le général [2S] Castres, ex-chef des opérations à l’EMA, la France a commis cinq erreurs au Sahel

Lutte contre le terrorisme : Barkhane met hors de combat une trentaine de djihadistes

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct