Takuba : La force bientôt opérationnelle

La task force Takuba a été lancée officiellement le 27 mars 2020. 11 États européens ont adopté la déclaration politique la créant. Elle sera intégrée au commandement de l’opération Barkhane en vue de lutter contre les groupes terroristes dans la zone des trois frontières.

 

La task force Takuba (sabre en tamasheq) sera principalement composée de forces spéciales européennes qui auront comme tâche de lutter contre le terrorisme dans le Liptako Gourma et de permettre à terme l’autonomisation des forces armées maliennes pour assurer la sécurité dans cette zone, présentée comme un repaire de l’État islamique au grand Sahara, notamment. Takuba sera déployée fin août – début septembre, mais les premiers éléments, une soixantaine nous dit-on, arriveront dès fin juillet. « Sur le terrain, à la fin de l’été, vous aurez dans le Liptako des unités qui seront appareillées. Des doublettes, avec une compagnie FAMa d’un côté et une petite unité franco-estonienne de l’autre », explique Mathieu Hédoin, Conseiller de l’ambassadeur de France au Mali. L’Estonie fait partie, en plus de la Suède et de la République tchèque, des pays ayant décidé d’envoyer des troupes dans la région. Pour les trois pays, elles devraient tourner autour de 250 éléments. L’ambassade précise que ce sont des forces spéciales, bien entraînées et bien équipées, qui feront du terrain auprès des FAMa et devront accélérer la montée en puissance de ces dernières. Les FAMa, par la voix du Directeur de la DIRPA, le colonel-major Diarran Koné, assurent que le Mali contribuera avec des éléments actuellement en préparation. « Ils répondront avec efficience le jour J », tient-il à préciser.

Des formes à déterminer

La Belgique, le Portugal, le Danemark et les Pays-Bas, tous signataires de la déclaration politique du 27 mars, doivent encore affiner la forme que prendra leur contribution à la task force Takuba. « Cela pourra être des hommes sur le terrain, des hélicoptères ou même des officiers d’état-major, qui seront également basés à Ndjamena », énumère M. Hédoin. Lors du sommet de Nouakchott, le 30 juin dernier, on a enregistré une participation italienne. Le président du Conseil des ministres a annoncé une contribution de ce pays pour 2021. D’ailleurs, c’est au début 2021 que la force devrait atteindre sa pleine capacité opérationnelle, pour emprunter au jargon militaire. Selon les planifications, 400 à 450 éléments composeront Takuba, même si, précise l’ambassade de France, cela dépendra fortement des contributions des États.

Boubacar Sidiki Haidara

Journal du Mali

Vous allez aimer lire ces articles

L’ONU alerte sur une augmentation des exactions contre les civils au Mali

BARKHANE : Un nouveau chef à la tête de l’opération

Mali : Centre du Mali: les armées malienne et burkinabé coupables d’exactions

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct