Tillabéri: une nouvelle preuve de la barbarie aveugle des terroristes

Suite à la persistance des attaques terroristes dans la région des trois frontières  Niger-Mali-Burkina Faso, des milliers de personnes fuient leurs villages. 

 

« Ce sont des bandits armés qui sont venus sur plusieurs motos vers 17h30 heure locale. Ils ont attaqué les habitants dans trois villages, ils ont tué 20 personnes », déplore le gouverneur Tidjani Ibrahim Katiella à l’issue de ce nouveau massacre qui a endeuillé les villages de Gadabo, Zibane Koira-Zeno et Zibane-Tegui le 8 mai dernier, dans la région de Tillabéri. Cette dernière est située dans la zone stratégique des trois frontières Niger-Mali-Burkina ou de multiples exactions commises par des bandits terroristes ont eu lieu. Les hommes à l’origine de cette tuerie appartiennent à l’EIGS. Que cherchent-ils ? Que veulent-ils ?

Ils ont « pillé des boutiques pour prendre des céréales et ont aussi emporté du bétail avant de partir en direction du Nord ». Une nouvelle fois, ils démontrent qu’ils n’ont aucun scrupule à voler les biens de populations pauvres qui plus est durant le saint mois de ramadan !

Et comme le saint Coran le rappelle : « Celui qui a tué un homme qui n’a commis aucune violence sur terre, ni tué, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Celui qui sauve un seul innocent, c’est comme s’il avait sauvé l’humanité toute entière. (V, 32) ».

En réalité, ces hommes ne suivent qu’un seul objectif appelé  « politique de la terre brûlée ». Ils ont menacé la population de commettre de nouveaux crimes si elle reste sur place. Ils chassent de chez eux les habitants pour pouvoir voler leurs biens, leurs plantations et s’y installer. Ainsi, les terroristes, afin d’imposer leur loi et enrôler la jeunesse, fragilisent davantage les populations. Une nouvelle fois ils ont montré leur vrai visage par cette attaque ! Mais nous pouvons lire autre chose derrière ces évènements. Il s’agit d’indices mettant en évidence que ce groupe est en déclin.

Pour preuve, dans le cadre de l’opération Almahaou, les forces armées locales enregistrent d’importants succès. Face à cette armée valeureuse et déterminée qui arpente la région pour traquer les groupes armés terroristes qui sèment la terreur, l’EIGS ne fera pas le poids…

Mamadou Bare

Malivox

Vous allez aimer lire ces articles

Désobéissance civile au Mali : Une journée de paralysie à Bamako

L’ancien premier ministre Soumana Sacko sur la crise de l’heure: » La solution réside dans la Constitution sans qu’il soit nécessaire de recourir à la dissolution immédiate de l’Assemblée Nationale «

Le dialogue comme « seule issue » à la crise sociopolitique que traverse le Mali

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct