“Très préoccupée” par la situation au Mali, la Suède pèse ses options

La Suède, présente militairement au Mali, s’est dit jeudi “très préocuppée” par la situation dans le pays et entend “analyser les conséquences” que cela pourrait avoir sur sa présence sur le terrain.

“La Suède est très préoccupée par l’évolution de la situation au Mali, tant en ce qui concerne la présence du groupe (russe) Wagner que le report des élections” destinées à ramener les civils au pouvoir, a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un courriel à l’AFP. “Nous suivons de près l’évolution de la situation (…), en collaboration avec les Nations unies, l’UE et nos autres partenaires contributeurs de troupes, et analysons notamment les conséquences que les développements actuels pourraient avoir sur notre présence militaire”, a-t-il ajouté. Interrogé sur un éventuel retrait des militaires suédois de la force de l’ONU Minusma, le département des opérations de paix de l’ONU a indiqué à New York “n’avoir reçu aucune information” allant dans ce sens. “La Minusma joue un rôle important dans le soutien de la paix et de la stabilité au Mali, et nous sommes reconnaissants pour les contributions essentielles de tous les pays contributeurs de troupes et de police”, a ajouté un porte-parole du département, Aditya Mehta. Après un coup d’Etat en mai 2021, le deuxième en moins d’un an, la junte militaire malienne a dit ne plus prévoir d’élections le 27 février comme elle s’y était engagée, mais projeter à la place une transition qui pourrait durer jusqu’à cinq ans. Les Occidentaux lui reprochent aussi d’avoir fait appel aux services des mercenaires du groupe russe Wagner. La ministre des Affaires étrangères Ann Linde avait prévenu mercredi à la radio publique SR que la situation actuelle, notamment la présence de mercenaires russes, pouvait “avoir des conséquences sur notre engagement” dans le pays africain. Les Suédois ont actuellement quelque 220 soldats stationnés au Mali dans le cadre de la Minusma (Mission des Nations unies au Mali) et 150 autres au sein de l’opération militaire française Takuba, qui vise à réunir des forces spéciales de différents pays pour accompagner les forces locales au combat. La contribution militaire suédoise à Takuba prendra fin, comme prévu, au premier trimestre 2022, tandis que le retrait des troupes de la Minusma doit s’achever mi-2024 au plus tard. Le pays compte également un contingent dans le cadre de la mission de formation EUTM de l’UE. Plusieurs partis au Parlement suédois demandent un départ rapide des troupes suédoises du Mali mais Mme Linde estime qu’un retrait doit être coordonné avec, par exemple, d’autres pays européens sur le terrain. Lors d’une réunion régulière mardi du Conseil de sécurité consacrée au Mali, l’ambassadeur du pays Issa Konfourou a affirmé qu’il “n’y avait pas de mercenaires” de Wagner au Mali mais uniquement des “instructeurs russes” en vertu d’une coopération militaire entre le Mali et la Russie remontant au début des années 1960. L’ambassadeur russe à l’ONU, Vassily Nebenzia, a de son côté parlé d'”hystérie” des Occidentaux à l’

Source : AFP

Vous allez aimer lire ces articles

«Le retrait du Mali du G5 Sahel est un non évènement»

Mali : 86 “terroristes” neutralisés dans le centre et le sud du pays

Tentative de coup d’Etat déjouée : Le Collectif pour la défense des militaires demande que toute la lumière soit faite

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct