Trois gendarmes maliens ont été tués et trois personnes blessées lors de l’attaque dimanche d’un poste militaire dans le centre du Mali, a-t-on appris de source officielle. Le centre du Mali, ainsi que le Burkina et le Niger voisins, ont connu ces derniers mois une recrudescence d’attaques jihadistes meurtrières contre les soldats et les civils.Des hommes armés ont attaqué une position de l’armée malienne vers 03H30 dimanche, près d’Alatona, dans la région de Niono, à proximité d’une forêt considérée comme un repaire de groupes liés à Al-Qaïda, selon des sources militaires.

Le ministre de la Sécurité, Salif Traoré, a précisé à l’AFP que trois gendarmes avaient péri dans l’attaque, non loin de la frontière mauritanienne.Un responsable militaire, qui a requis l’anonymat, a précisé que trois personnes avaient aussi été blessées et que les assaillants s’étaient emparé de matériel militaire, dont deux véhicules.Cette attaque s’est déroulée à une dizaine de kilomètres du site d’un assaut d’envergure mené en janvier par des jihadistes contre le camp de la gendarmerie de Sokolo, qui avait coûté la vie à 20 militaires maliens.Près de huit ans après la prise de contrôle du nord du Mali par des groupes liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), les jihadistes continuent à sévir au Sahel, malgré des interventions de la force française Barkhane, de l’ONU et la création d’une force conjointe de cinq pays sahéliens.

AFP