Malijet.co

13EME AG annuelle de l’UGAACO : Sous le signe de la réduction significative de la pollution dans l’action individuelle et collective

Sous le thème : « Aéroports à faible trafic et défis environnementaux », s’est tenue la 13ème Assemblée Générale Annuelle de l’Union des Gestionnaires d’Aéroports d’Afrique du Centre et de l’Ouest (UGAACO), à Bamako le 12 juillet 2019.

L’ouverture officielle de cette 13ème Assemblée Générale a été présidée par le Ministre des Transports et de la Mobilité Urbaine, Ibrahima Abdoul LY, en présence de Mme le Ministre Seynabou Traoré des Infrastructures et de l’Equipement, du Maire de la Commune IV du district de Bamako, du Délégué aux activités aéronautiques du Mali, M. Ibrahim Traoré, du Président Directeur Général de l’Aéroport de la Côte d’Ivoire, du Secrétaire Exécutif de l’UGAACO, M. Simon Kaboré, du Président en exercice de l’UGAACO, M. Thomas Compaoré, du Chef de Cabinet du Directeur Général de l’ASECNA, M. Ambroise Gnamagnawa et de nombreux professionnels et membres de l’UGAACO.

Selon le président en exercice de l’UGAACO, M. Thomas Compaoré, cette 13ème AG ‘’constitue une étape d’un long parcours entrepris depuis 1990 lors de la première rencontre des gestionnaires des aéroports des région d’Afrique du Centre et de l’Ouest qui avaient émis le vœu de se retrouver au sein d’une union pour faire la promotion des activités aéroportuaires dans un contexte particulier’’.

Il a aussi salué le travail très remarquable des partenaires comme MédiCare, dont l’assistance et l’évacuation des malades à travers le monde n’est pas à démontrer.

Pour sa part, le Secrétaire Exécutif de l’UGAACO, M. Simon Kaboré dira que cette rencontre vise à « inciter d’avantage nos aéroports dans la lutte contre le changement climatique en réduisant significativement notre part de pollution dans l’action individuelle et collective».

Le défi à relever, précise le Secrétaire Exécutif de l’UGAACO, consistera à entreprendre la construction de nouveaux aéroports et à harmoniser les infrastructures avec l’extension du trafic dans un environnement neutre en carbone.

«Pour rentabiliser de tels investissements dans un contexte de changement de paradigmes, les aéroports devront s’appuyer sur le levier de création de valeurs dans l’efficience des opérations, la synergie des meilleurs trafics, la maitrise de meilleures ressources», a martelé Monsieur Simon Kaboré.

L’occasion a été propice au Ministre des Transports et de la Mobilité Urbaine, Ibrahima Abdoul LY, pour rendre un vibrant hommage aux pionniers de l’aviation africaine, notamment tous les anciens de la compagnie Air Mali, compagnie pionnière en Afrique, les commandants Tangara, Bocoum, Sy, Tall, Diarra et autres, qui ont fait la fierté du pays aux premières heures de l’indépendance, époque où il était rare de voir les Noirs de peau piloter un avion.

« L’aviation civile contribue de 2 à 3% aux émissions mondiaux de gaz à effet de serre. De nombreux efforts sont déployés en matière de certification des aéroports. Seulement, les questions environnementales ne sont pas encore traitées à hauteur de souhaits», a indiqué le ministre Ly. Il a souhaité à ce que chaque aéroport puisse apporter sa contribution, quelle que soit la densité de son trafic.

D.C.A

Source: Le Soft

Vous allez aimer lire ces articles

Mamadou MAKADJI sur la mévente des semences certifiées: ‘‘ Il faut subventionner les semences comme l’engrais’’

Accès à l’eau potable A Sangarébougou Allakoloni: la SONATAM investit plus de 21,7 millions de F CFA

44e session ordinaire CIP-UEMOA: la dynamique de l’intégration continue

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct