Malijet.co

Aménagements hydro-agricoles : L’ATI DOIT ACCÉLÉRER LA CADENCE

Le ministre de l’Agriculture, Dr Nango Demebélé, a présidé, hier, la 3è session ordinaire du conseil d’administration de l’Agence d’aménagement des terres et de fourniture de l’eau d’irrigation (ATI). C’était en présence du président directeur général de l’ATI, Dr Lamissa Diakité. Au cours de cette session, les administrateurs ont examiné le rapport d’activités de 2017, l’état d’exécution du budget 2017, le projet de programme d’activités 2018, le projet de budget 2018 et l’accord d’établissement de l’ATI.

Créée par ordonnance n°2015-016/P-RM du 0 2 avril 2015 en tant qu’établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), l’ATI a pour mission de contribuer à la satisfaction des besoins en terres agricoles aménagées, d’appuyer la réalisation des infrastructures et équipements ruraux dans les bassins de production et d’accompagner les producteurs dans la gestion des aménagements hydro-agricoles. L’agence constitue l’un des instruments privilégiés pour la promotion du développement durable de l’agriculture à travers les réalisations et la gestion d’infrastructures et équipements ruraux structurants. A ce titre, elle vise essentiellement à accélérer le rythme des aménagements et faciliter l’accès des producteurs aux terres aménagées et garantir la disponibilité et la fourniture de l’eau pour la satisfaction des besoins des exploitations agricoles dans les grands bassins de production.
Pour la concrétisation de ces activités, l’agence s’est surtout focalisée sur son opérationnalisation et la préparation de projets d’accompagnement. Au titre de son opérationnalisation, l’ATI a enregistré l’arrivée de plusieurs agents toutes catégories confondues. Elle s’est vue confier la réalisation technique et financière du programme des Nouveaux villages agricoles (NVA), dont 20 sont programmés dans les bassins de production agricole. Ces villages seront appelés à relever le double défi de création d’aménagements hydro-agricoles pour les producteurs et de création d’emplois permanents et viables pour la jeunesse en milieu rural. L’ATI bénéficie de l’appui de la Banque mondiale comme le Projet d’appui régional à l’initiative pour l’irrigation au sahel (PARIIS) d’une valeur de 18 milliards de FCFA. Le processus de mise en vigueur de ce projet est en cours jusqu’au 29 juillet 2018. Un co-financement de ce projet est en cours de préparation avec la coopération espagnole qui souhaite intervenir à hauteur de 10 millions d’euros. Il y a aussi le Projet de développement de l’agriculture irriguée et commerciale en zone Office du Niger (PDAIC-ZON) d’une valeur de plus de 58 milliards de FCFA. Ce projet pour des raisons de sécurité va être transféré dans la zone M’Béwani, dont le processus est en cours avec l’Office du Niger. Autre réalisation en cours d’ATI est le Projet de développement et de diversification de l’agriculture dans les zones arides du Mali (PDAZAM) de près de 35,100 milliards de Fcfa.
Le ministre Nango Dembélé a rappelé que la création de l’ATI est l’un des engagements majeurs du projet de société du président de la République Ibrahim Boubacar Keïta qui a été décliné dans la déclaration de la politique générale des différents Premiers ministres. Selon lui, toutes les activités de l’ATI, de sa création à nos jours, s’inscrivent dans le cadre d’une vision globale du département pour l’horizon 2018 et au delà. Conformément au projet présidentiel, le programme 2014-2018 prévoit l’aménagement de 100.049 hectares en maîtrise totale de l’eau et 47.848 hectares en maîtrise partielle de l’eau sur financement du gouvernement du Mali. Le ministre de l’Agriculture a exhorté les administrateurs à faire des recommandations pertinentes qui permettront à l’ATI de surmonter les difficultés de démarrage pour une meilleure réalisation de ses objectifs.
Anne-Marie KÉITA

 

Source: Essor

Vous allez aimer lire ces articles

AGRICULTURE : la Campagne agricole 2018-2019 jugée bonne

Construction et réhabilitation des routes: le bilan de l’année 2018 passé au crible

Intégration économique en Afrique : Vers la création d’une zone de libre échange entre 55 Etats, dont le Mali

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct