CMDT : Dr. Nango Dembélé pressenti PDG

Sauf changement de dernière minute, l’ancien ministre de l’agriculture du Président IBK, Dr Nango Dembélé, est pressenti pour remplacer Baba Berthé à la tête de la Compagnie malienne pour le développement du textile (CMDT).

 

Une source crédible confie à L’Observatoire d’un possible changement à la tête de la CMDT dans les jours à venir. L’homme annoncé pour remplacer le Pr Baba Berthé, nommé PDG en 2016, n’est autre que Dr Nango Dembélé, plusieurs fois ministres sous IBK.

En 2013, Dr Nango Dembélé était le ministre délégué auprès du ministre du Développement rural, chargé de l’Elevage, de la Pêche et de la Sécurité alimentaire. En 2016, il a été le ministre de l’Elevage et de la Pêche avant d’occuper le département de l’agriculture en 2017.

Dr Nango Dembélé est né en 1954 à Kaledougou, dans le cercle de Yorosso, région de Sikasso. Yorosso est dans la même zone que le cercle de San, région de Segou, où est originaire le président de la transition. La distance entre Yorosso et San est estimée à 124 km via la RN13 et la RN14.

Si sa nomination venait d’être confirmée, le natif de Kaledougou aura la lourde charge de diriger la Compagnie malienne pour le développement du textile (CMDT), une entreprise d’État créée en 1974 pour gérer la filière coton. Elle est chargée d’organiser la production et la commercialisation du coton sur l’étendue du territoire. Elle possède plusieurs sites de production à travers le pays, notamment à Koutiala, à Fana et Kita.

Maillon essentiel de la filière cotonnière du Mali, la CMDT assure les missions de conseil agricole auprès des producteurs de coton, de commercialisation primaire du coton graine, du transport et l’égrenage du coton graine, de la vente de la fibre de coton à l’exportation et aux industries textiles maliennes, et de la graine de coton aux industries locales de trituration.

Rappelons que le Capital de la C.M.D.T. Holding est détenu à 99,49% par l’Etat malien et 0,51% par GEOCOTON, une société française.

Des observateurs avertis estiment que des nominations à la tête des structures régaliennes de l’Etat sont monnaies courantes dès lors qu’un  pouvoir est installé. « Ces postes régaliens sont très importants pour le pouvoir installé, les contrôler confirment davantage son assise », peste un habitué des arcanes de l’Etat.

Ousmane Morba

L’Observatoire

Vous allez aimer lire ces articles

Rencontre entre le ministre de l’Économie et des finances et les directeurs régionaux de Kayes relevant du département:

Le Mali approuve un prêt de 41,4 millions $ pour la réhabilitation de la route Sévaré – Gao

Deuxième pont de Kayes : Le rêve devient réalité

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct