Selon le magazine «Africa intelligence», sortant de plusieurs années d’incertitude sur la poursuite de ses activités, la junior Compass Gold se réimplante dans l’or malien pour ouvrir une nouvelle page de son histoire. Mi-novembre, les actionnaires de la junior canadienne Compass Gold Corp ont approuvé une transaction pour reprendre cinq permis d’exploration aurifères jusque-là détenus par l’australien Mali Gold Exploration (MGE) dans la zone de Sikasso. C’est un retour aux sources pour Compass qui, en difficultés financières, avait vendu en 2013 toutes ses licences aurifères maliennes à l’australien Oklo Resources, et cherchait depuis à se relancer.

L’équipe de direction de Compass est largement constituée de cadres d’Oklo. Son ex-président, le financier australien James Henderson, a le même poste chez Compass, son fonds Transocean Securities en étant actionnaire. Le géologue malien Madani Diallo, directeur d’Oklo dans son pays, siège au conseil d’administration de Compass. Après l’acquisition de MGE, James Henderson et Madani Diallo devraient être maintenus dans leurs fonctions. Le poste de P-DG de Compass devrait être attribué à un nouveau venu, Larry Phillips, cofondateur du canadien IamGold, opérateur des mines d’or de Sadiola et Yatela.

Lancement des activites de la plateforme « sauvons le mali »

 En vue d’apporter leur coup de pierre dans la construction de l’édifice communal, la plateforme «sauvons le Mali » a procédé, le samedi 2 décembre 2017 sur le terrain bélier de Lafiabougou, au lancement des activités de son mouvement. La cérémonie de lancement présidée par M. Assane Sidibé, président de la plateforme « sauvons le Mali » et non moins adjoint du maire de la commune IV a eu lieu en présence de M. Modibo Keita, représentant de la mairie de la commune IV ainsi que plusieurs membres de l’association. Selon le président de la plateforme, Assane Sidibé, le mouvement « sauvons le Mali » est un groupement d’une centaine d’associations de jeunes, femmes et de corporations diverses dont l’objectif est le développement économique et social du Mali. La plateforme a comme actions prioritaires : l’assainissement du cadre de vie pour la santé de la population ; une gestion saine du patrimoine collectif à travers le foncier ; une désinfection régulière des caniveaux ; pour une réduire sensiblement les cas de paludisme ; une gestion des ressources collectives à travers la moralisation des dépenses publiques et la création d’emplois dans des secteurs de productions comme industrie, le commerce et l’agriculture. La plateforme « sauvons le Mali » cultive le patriotisme, le sens de la justice sociale, la gestion saine des ressources du Mali, a fait savoir M. Sidibé. Aux dires du président du mouvement, de l’indépendance à nos jours, le Mali a fait face à de nombreuses épreuves dont la majeure partie se trouve dans la perte progressive de nos valeurs qui sont la droiture, le sens élevé de la patrie, la solidarité et le sens de l’intérêt commun ont conduit le pays vers l’incertitude. A cause de la corruption et l’injustice, notre pays traverse les moments difficiles dont les conséquences assombrissent  l’horizon au quotidien. C’est fort de ce constat amer que  la plateforme « sauvons le Mali » a été créée. Il a ajouté que la création de cette plateforme les permettra d’apporter leur pierre dans l’édifice commun. M. Sidibé a poursuivi en disant que le patrimoine commun leur exige la défense de la patrie. Pour atteindre l’objectif, dira le président de la plateforme, ils tendent la main à toutes les bonnes initiatives et toutes les formes d’organisations sociales œuvrant pour le développement économique et social pour le Mali. La plateforme a promis de faire don de 5 milles poubelles et  d’une dizaine de forages. La cérémonie a pris fin par la visite des machines gradeur et purificateur  patrimoine de la plateforme et la remise de la clé d’un corbillard à la mosquée Oulèguem de Sébénicoro.

===========================================================================

Remise de cartes  de l’assurance volontaire- INPS  aux  100  nouveaux adhérents

 L’Assurant Volontaire (AV+) en collaboration avec SAER-Emplois a procédé, le mercredi 6 décembre 2017 à Maeva palace, à la remise de cartes de l’Assurance Volontaire plus (AV+) aux cent nouveaux adhérents. La cérémonie présidée par M. Bréhima Noumoussa Diallo, Directeur Général de l’Institut National de Prévoyance Sociale (INPS) a eu lieu en présence de M. Marafa Traoré, Directeur de l’Assurance Volontaire plus, M. Dadié Sangaré, Président Directeur Général (PDG) de la Société Africaine de L’Etude et de la Recherche (SAER-Emplois) ainsi plusieurs autres personnalités. Il faut rappeler que l’assurance volontaire plus existait depuis 2005 mais elle n’était pas connue du grand public. C’est avec le lancement officiel de ses activités au mois d’octobre dernier que le grand public a fait sa connaissance à travers les agents de l’AV+ déployés dans les toutes communes. Ceux-ci sont chargés de faire l’enrôlement des adhérents. Pour le moment, l’enrôlement de l’AV+ concerne uniquement Bamako mais dans les jours à venir, les régions seront concernées. L’objectif de l’AV+ est de donner la chance aux hommes de métier (maçons, tailleurs, menuisiers, mécaniciens, soudeurs, coiffeurs,  vendeurs de condiments commerçants, boutiquiers etc…), aux travailleurs indépendants et aux professions libérales de préparer leurs retraite. A travers l’assurance volontaire plus, ils bénéficieront de toutes les prestations de l’Institut national de Prévoyance  sociale y compris la prestation de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO). De son lancement officiel à nos jours,  des dizaines de personnes ont fait leur adhérent dont les cent premiers bénéficiaires  ont reçu leur carte AV+ ce mercredi 6 décembre. La remise symbolique de la carte AV+ a été faite par Bréhima Noumoussa Diallo, DG de l’INPS. La cérémonie a pris fin par la prise d’une photo de famille entre les adhérents et les personnels de l’INPS, AV+ et SAER-Emplois

La Rédaction

 

Source: infosepte mali