DÉGRADATION DU RÉSEAU ROUTIER AU MALI -LA DIRECTION NATIONALE DES ROUTES CONSCIENTE DE LA SITUATION, S’EXPLIQUE

En cette période d’hivernage, les routes de la capitale et certaines villes de l’intérieur sont dans un état d’impraticabilité avancé. Une situation face à laquelle le Directeur national des routes, Mamadou Naman Keïta à réagi  pour expliquer les raisons, non pour se dédouaner,  mais exposer ce qui se fait d’ores et déjà pour  remédier à la souffrance et les peines des populations.

Dans un document de précision, le Directeur National des Routes a reconnu l’Etat déplorable du réseau routier du Mali qui s’est au fil du temps dégradé. Selon lui,

« le réseau routier   du Mali de façon générale et du District de Bamako en particulier souffre ces dernières années de graves dégradations qui sont encore beaucoup marquées pendant les saisons de pluies ».

Cette situation désole tout le monde sans exception et n’honore pas du tout eux même les gestionnaires des routes (structures de l’État central et Collectivités). Le Directeur estime que même si rien ne se fait, il est important d’apporter quelques éclaircissements aux populations bien qu’elles attendent   «des actes qui allégeront leurs souffrances plutôt que toutes autres choses ».

« D’abord, c’est très important de signaler que les routes, objets  des dégradations majeures aujourd’hui sont toutes des routes qui ont dépassé  leurs âges limites de vie et nécessitent une obligatoire reconstruction », a-t-il fait remarquer ajoutant qu’aucun entretien ne peut redonner à ces routes un état satisfaisant pour leur exploitation.

Pour pallier à ceci, il a annoncé qu’un vaste « Programme de réhabilitation/ reconstruction de ces routes est préparé et est soumis à recherche de financement ».

Ledit programme prend en compte la réhabilitation et le renforcement de l’ensemble des routes bitumées interurbaines construites avant l’année 2010, ainsi que la reprise de la plupart des axes routiers stratégiques du District de Bamako. entre autres axes stratégiques de ce programme figure la construction du 4ème Pont de Bamako et ses jonctions à la route de Djicoroni Para et à la Tour d’Afrique,  l’aménagement en 2×3 voies des routes Banankoroni-Senou-Tour d’Afrique et Titibougou-Rondpoint Gabriel TOURE, l’aménagement en 2×2 voies de la route Kati-Samé-Rond-Point Babemba, l’aménagement ne 2×3 voies de la Corniche entre le Pont des Martyrs et le 3ème Pont, l’aménagement en 2×2 voies de la route de Sotuba et de 9 km de voies locales de desserte et de la réhabilitation de plusieurs autres voies secondaires.

Malheureusement (…)

RETROUVEZ L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU MARDI 11 AOÛT 2020

KADOASSO I.

NOUVEL HORIZON

Vous allez aimer lire ces articles

Exportation du bétail sur pied : un manque à gagner pour l’économie nationale

Mali : Diadié dit Amadou Sanakaré élu président du patronat (CNPM) mais contesté par son rival

Embargo : les douanes enregistrent une perte de plus de 6 milliards de FCFA

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct