Le Mali, à travers le Programme de développement à l’exportation de la viande du Mali (Prodevim), ambitionne de devenir un exportateur de viande rouge afin de créer de la valeur ajoutée à tous les produits et sous-produits de la filière.

«Dans cette optique, le Prodevim a été doté d’un cadre institutionnel opérationnel et s’est attaché à l’élaboration de son Plan de travail annuel 2019 et à celle des termes de référence d’une table ronde des bailleurs de fonds à laquelle seront soumis les projets de construction d’abattoirs modernes dans les Régions de Sikasso, Gao et le District de Bamako», a déclaré vendredi le ministre de l’Industrie et du Commerce. Mohamed Ag Erlaf intervenait lors de l’ouverture de la 3è réunion du Comité de pilotage du Prodevim, tenue au ministère de l’Industrie et du Commerce. C’était en présence de la coordinatrice dudit Programme, Tabara Keïta.
Cette rencontre des administrateurs a permis la lecture et l’adoption du compte-rendu et du point d’exécution des recommandations issues du Comité de pilotage du 1er avril 2019. Les membres du Comité ont aussi analysé et adopté le rapport d’activités 2019, examiné le Plan de travail 2020 et échangé sur la possibilité de prolongation du Projet.
Sur le plan financier, le gouvernement du Mali s’est engagé à accompagner substantiellement le Prodevim, tout en adhérant à l’Accord de participation aux coûts de tierces parties avec le PNUD qui, outre la mise à disposition de deux experts, a financé des équipements de bureaux et du matériel de transport. Pour la consolidation de ces acquis, le ministre Mohamed Ag Erlaf a recommandé aux membres du Comité de pilotage de faire un examen minutieux des points inscrits à l’ordre du jour. Il ajoutera qu’il attend d’eux, la formulation de directives susceptibles de contribuer à l’atteinte des objectifs assignés au Programme.
Dans son allocution, la coordinatrice du Système des Nations unies au Mali a souligné qu’une bonne exploitation de la filière viande constitue pour les acteurs : éleveurs-agro-pasteurs et tout le Mali, une opportunité particulière. C’est pourquoi, a rappelé Mbaranga Gasarabwe, les Nations unies accompagnent le gouvernement dans sa volonté de promouvoir le secteur à travers le Prodevim à hauteur de 1.450.000 dollars US, soit 857.579.801 de Fcfa reparti entre le PNUD et l’Onudi. Depuis 2017, l’organisation appuie le Mali en mettant à sa disposition des consultants internationaux et nationaux afin de mener à bien l’étude de formulation du Programme ainsi que la tenue de son premier Comité de pilotage en 2018, a-t-elle précisé.
Tout en remerciant le gouvernement pour son engagement personnel ayant permis la signature de l’accord de financement et la mobilisation effective de la contribution du Mali à hauteur de 200 millions de Fcfa, Mme Mbaranga Gasarabwe a renouvelé la disponibilité du Système des Nations unies à l’accompagner dans le cadre de ce programme en vue de valoriser le cheptel malien.
La rencontre a été marquée par la remise, au nom du PNUD, des clés de deux véhicules 4×4 de marque Toyota au ministre Ag Erlaf pour le compte du Prodevim.

Amadou GUÉGUÉRÉ

Source : L’Essor