Malijet.co

Financements des PME/ PMI au Mali : Les vérités de Moussa Alassane Diallo, PCA de la BNDA

Sous la présidence  du Ministre de la Promotion de l’Investissement privé, des Petites et Moyennes Entreprises et de l’Entreprenariat national, Madame Safia BOLY, la salle  de conférence  de la Foire d’Exposition de Bamako (FEBAK) a servi de cadre au panel de haut sur la problématique  du financement des PME (Petites et moyennes entreprises)/ PMI (Petites et moyennes industries). Cadre de réflexion organisé  par  la Chambre  de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM) avec l’accompagnement  du département  du de l’Industrie et du commerce. Il s’agissait pour les acteurs du gouvernement, des commerçants, des banques, des PME et PMI, de communier, de voir comment on peut régler cette question importante de financement qui préoccupe tout le monde. Les panélistes conviés pour la circonstance étaient : Moussa Alassane Diallo, Président du Conseil d’Administration de la Banque nationale  de Développement agricole (BNDA), Mme Touré Mariam Siby, chargée du département PME/ PMI à la Banque de Développement du Mali (BDM), Tidiane Diarra, Directeur  général adjoint du Fonds de garantie  pour le secteur privé, Almoustapha Mamata Touré, Directeur adjoint d’exploitation à la Banque Malienne  des Solidarité (BMS).

Selon Moussa Alassane Diallo, PCA BNDA, président d’honneur de l’APBEF, «en organisant ce sujet sur le financement  des PME/PMI, c’est un rituel qui arrive. » Les banques, ajoute-t-il, viennent de parler  des difficultés des entreprises, mauvaises qualités  des dossiers, mauvaise qualité de l’étude de marché, mauvaise qualité de la formation, l’entreprenariat insuffisant, taux d’intérêt insuffisant, difficile accès  des financements selon les entreprises, les procédures sont complexes et énormes, les taux d’intérêt sont élevés, etc. Selon lui c’est un dialogue  de sourd. Comment sortir  de cette situation ? A l’en croire, c’est cette problématique qui  est au cœur de l’économie. « Pour la simple et unique raison que 80% des entreprises au Mali sont des PME/PMI. 20% de l’économie sont des grandes entreprises. Le tissu économique de l’économie malienne repose sur les PME/PMI. Pendant dix ans, j’ai été président de l’APBEF. J’ai inscrit l’accès des PME/PMI aux financements  au cœur de la problématique. Tous les ministres des finances qui se sont succéder de 2008 jusqu’en 2017, la problématique  que je leur ai posé c’est l’accès des PME/PMI à la commande publique. Avec le gouverneur  de la Banque centrale, durant les deux réunions de l’année (une réunion par semestre), j’ai toujours dit M, le gouverneur  ou est ce nous en sommes avec l’accès des PME/PMI aux financements ? Finalement j’ai été taxé de M. PME/PMI à lors  des réunions de la BECEAO », a expliqué Moussa Alassane Diallo. De son avis, les 80% des PME/PMI qui constituent  le tissu économique du pays, l’écrasante majorité  sont dans le secteur informel. « Les banquiers ont reçu une formation académique de gestion économique et finances. Dans leur formation, on les dit, quand vous analyser l’indice d’une entreprise, il faut demander un bilan, un compte d’exploitation, il faut demander un compte  de trésorerie pour analyser le risque. Mais comment on peut avoir  des choses à des PME/PMI qui ne tiennent pas de comptabilité ? Vous n’en aurez pas. »  Il ajoutera qu’il a l’habitude de dire aux banques : « Il faut qu’on change  de logiciel. Parce que si on ne formate pas notre logiciel, pour nous adapter aux PME/PMI, à la réalité économique de notre pays, on ne financerait pas les PME/PMI. Il faut que les banquiers acceptent de mettre dans la poubelle tout ce qu’ils ont appris de façon académique en matière d’analyse financière  de l’entreprise. Et regarder l’entreprise d’en face, se remettre en cause soit même. J’ai présidé deux séminaires sur  la problématique  des PME/PMI. La première c’était en mars 2011. Je  fais une communication dans ce sens. Tout ce que je suis en train de vous dire, les banquiers le savent. Quand j’étais directeur à Fana, je faisais 12 milliards à  15 milliards de crédits par an  et je remboursais  à 100%. Les villages dans lesquels je donnais du crédit, vous pensez qu’on tienne une comptabilité là-bas ? Et pourtant je leur faisais du crédit. Il faut que les banquiers acceptent de changer leurs méthodes d’analyses. Au lieu  de baser les analyses sur des éléments quittanciers, il faut les baser sur  des éléments physiques. Il faut que les banquiers  acceptent de  décrocher leurs vestes dans les bureaux, d’aller voir les entreprises dans leurs chantiers, d’aller voir les commerçants dans leurs boutiques, d’aller voir les artisans dans leurs ateliers, dans leurs usines. C’est ça qu’il faut faire », a longuement expliqué Moussa Allassane Diallo. Il dira qu’on peut se féliciter  de ce qui a été fait, car toutes les banques du Mali aujourd’hui, ont ouvert des départements en charge du financement des PME/PMI. »

Hadama B. Fofana

Source: Le Républicain

Vous allez aimer lire ces articles

COVID-19 : Une menace sérieuse pour les services de l’assiette au Mali

Traitement des déchets d’orpaillage traditionnel: brouille entre le ministère des Mines et Lana SA

Le directeur de l’AGETIPE-Mali à propos du contentieux avec le cabinet « AAU » : “Le Consultant Malick Badra Sow a fait du faux et usé de faux pour nous condamner”

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct