Inauguration du deuxième pont de Kayes : Le ministre Dabo plus que jamais déterminé à relever le défi du désenclavement du Mali

Le désenclavement intérieur et extérieur, au cœur de l’agenda des autorités maliennes, est en marche. Le rêve de 2ème pont des Kayesiens et usagers de route Bamako-Dakar est devenu une réalité. Le Premier ministre Moctar Ouane et le ministre des Transports et des Infrastructures, Makan Fily Dabo, accompagnés par plusieurs autres membres du gouvernement, ont procédé à l’inauguration du 2ème pont de Kayes et ses voies d’accès, entièrement financés par le Budget national à hauteur de plus 58 milliards de FCFA.

 Confrontée à des problèmes de mobilité et à l’immersion de la ville par les gros porteurs, situation exacerbée par la vétusté de 1er pont, la population de Kayes a accueilli avec enthousiasme la réalisation du 2ème pont. Le soulagement des Kayesiens est d’autant justifié que le premier pont ne répond plus aux besoins du trafic.

Originaire de Kayes, le ministre des Transports et des Infrastructures, Makan Fily Dabo, est l’un des artisans de la réalisation de ce 2ème pont de Kayes. L’occasion était propice pour lui  d’exprimer sa satisfaction et son enthousiasme pour la poursuite des actions de désenclavement par les autorités de la transition. Ainsi, exprimera-t-il au Premier ministre sa ferme conviction que sous son autorité et sous l’impulsion du Président de la Transition,  d’autres infrastructures seront réalisées.  Car, argumentera le ministre, «  je sais que vous êtes porté sur l’action, engagé à poser des actes concrets sur le terrain dont l’objectif est, bien sûr, d’abréger la souffrance des Maliennes et des Maliens à l’effet d’améliorer leurs conditions de vie à travers le désenclavement. Selon un proverbe africain : ‘’quand les actes parlent, les paroles sont inutiles’’».

Pour lui, la réalisation de ce pont vient à point nommé. Car, le 1er pont, mis en service en 1999, ayant joué un rôle important dans l’approvisionnement de notre pays en denrées de première nécessité pendant la crise de 2002 qu’a connue la Côte d’Ivoire, était est devenu fragile.

En effet, explique-t-il, 80% du trafic des poids lourds, soit environ 1000 camions, transitent quotidiennement par le 1er pont. Ce qui a rendu la structure de l’ouvrage très fragile et exposé les usagers à des risques majeurs d’insécurité. L’administration des routes a dû intervenir ces dernières années pour remédier aux dégradations récurrentes.

«Soucieux de préserver la sécurité des usagers sur le pont, mon département a dès lors pris des mesures importantes et notamment l’interdiction du trafic des poids lourds de plus de 40 tonnes sur le pont. Pour ce faire, des missions de sensibilisation ont été effectuées à Kayes avec l’implication des autorités politiques et administratives de la région de Kayes »,a-t-il rappelé.

A en croire le ministre Dabo, l’objectif global du projet est de contribuer au désenclavement intérieur et extérieur du Mali. Aussi, l’ouvrage doit   assurer une liaison pérenne entre Bamako et le port de Dakar ; contribuer au renforcement de l’intégration économique et de la coopération sous-régionale ; favoriser le développement de la recherche et l’extraction des ressources minières dans la région; renforcer les échanges commerciaux; réduire le coût de transport et le temps de parcours; améliorer la sécurité routière et le cadre de vie des populations; et contribuer à la réduction de la pauvreté.

Dans son intervention, le ministre a précisé que le coût des travaux du 2ème pont et ses voies d’accès, y compris le contrôle et la surveillance, s’élève à 58 milliards de francs CFA, entièrement financés par le budget national.

L’optimisme du ministre Dabo

Au regard de l’engament du Premier ministre en faveur du désenclavement intérieur et extérieur du pays, le ministre des Transports et des Infrastructures ne cache pas son optimisme. « Votre soutien constant, jamais démenti, sans cesse confirmé me donne espoir que d’autres inaugurations suivront dans les jours et mois à venir car, nous croyons profondément à l’importance capitale des routes et des ponts pour la valorisation des potentialités agricoles, minières, touristiques et culturelles, pour l’accès aux infrastructures socioéconomiques de base et pour l’écoulement des produits, d’une localité à l’autre, d’un village à l’autre, d’une région à l’autre et d’un pays à l’autre. Je voudrais saisir l’occasion qui m’est offerte pour annoncer que les travaux de construction et de bitumage du tronçon Kayes-Sadiola de la route Kayes-Kéniéba ont été achevés et réceptionnés. La réflexion est engagée sur la possibilité de réaliser les travaux du tronçon Sadiola-Kéniéba, long de 160 km, ainsi que la construction de deux ponts à Bafoulabé, entre autres, au regard de leur importance dans le désenclavement intérieur », a-t-il déclaré.

 La relance du trafic ferroviaire en vue

En véritable combattant contre l’enclavement, le ministre Makan Fily Dabo annonce  des perspectives prometteuses dans le domaine du transport ferroviaire car, indique-t-il,  sous l’autorité du chef du Gouvernement, son département est résolument engagé  à assurer la mise en œuvre du plan d’urgence de relance du Chemin de fer Bamako-Kayes en vue de redonner espoir aux riverains et usagers des rails. Ce, afin de réduire la paupérisation et prolonger la durée de vie de nos routes.

Après avoir salué l’engagement de ses prédécesseurs dans l’accomplissement de cet édifice, il invitera les bénéficiaires à prendre soin  de cet ouvrage.

« Pour préserver ce joyau, je lance un appel pressant aux usagers de ce pont et de ses voies d’accès, l’appel du civisme, l’appel du patriotisme, l’appel de la responsabilité pour qu’ils évitent la surcharge, ennemi n°1 du pont et de la route », a-t-il indiqué.

Les instructions du Premier ministre

A l’occasion du présent événement, le Premier ministre Moctar Ouane a estimé l’Etat malien devait faire cette réalisation à Kayes. Avant de  narrer l’importance de ce 2ème pont  qui, de son point de vue, ouvre la ville aux échanges multiples et renforce nos relations économiques avec le Sénégal. Ce qui lui fera dire que ce pont constitue ‘’un puissant vecteur’’ de désenclavement. Pour lui, la réalisation de cet ouvrage sur fonds propre de l’Etat atteste notre volonté affichée à compter sur nous-mêmes pour le développement du pays. Le gouvernement, promettra-t-il, poursuivra ces actions pour réaliser des projets similaires. Ce, afin de transformer notre handicap en atout. Aussi, le Premier ministre a-t-il engagé le ministre des Transports et des Infrastructures « à œuvrer pour  lever toutes les entraves à la relance des activités ferroviaires».

Oumar KONATE

CARACTERISTIQUES DU PONT ET SES VOIES D’ACCES

Le 2ème pond de Kayes, réalisé par la Somafrec, répond à un type de structure mixte, alliant l’acier et le béton. Sa longueur est de 541,30 mètres. Le pont compte 14 travées de 40,30 mètres. Il est porté par 15 appuis, dont 2 culées et 13 piles-colonnes, et soutenu par des fondations constituées de 68 pieux forés de 10 à 20 mètres de profondeur. La largeur de la chaussée est de 2×7,00 mètres. La largeur des pistes cyclables est de 2×2,00 mètres, la largeur des trottoirs de 2×1,50 mètres et celle du Terre-plein central est de 2,00 mètres. A ces éléments précités, il convient d’ajouter l’éclairage public qui permet d’assurer la sécurité des usagers de la route et des riverains.

Aussi, la réalisation du pont a permis : la réalisation des ouvrages de protection des berges sur les deux rives avec des matériaux locaux, afin de lutter contre l’érosion régressive au droit du pont; la construction de trois (03) exutoires sur la voie n°3 pour diriger les eaux de pluies vers le fleuve Sénégal et l’aménagement de la rivière Kamankolé sur 700 mètres qui a sauvé de nombreuses habitations contre l’érosion régressive.

Les travaux du Lot 2, réalisés par l’entreprise Covec, ont permis l’aménagement de 16,7 km de routes bitumées, réparties entre plusieurs voies.

Les voies n°1 et 2 concernent les principales voies d’accès au pont. Elles ont été aménagées en 2×2 voies avec 2 pistes cyclables et 2 trottoirs sur une longueur de 1 400 mètres. La voie n°3 permet d’accéder au quartier Kayes N’Di. Elle a été aménagée sur une longueur de 4 530 mètres. La voie n°4 facilite l’accès au pont à partir du centre-ville. Elle a été aménagée sur une longueur de 1 300 mètres. Elle dispose d’un parking de stationnement pour les véhicules poids lourds en provenance du Sénégal.

La voie n°5 permet de desservir le nouveau pont à partir de la RN1. Longue de 9 500 mètres, elle constitue la rocade de contournement du centre-ville et est aménagée avec 2 accotements. Cette dernière voie est destinée principalement au trafic des poids lourds et présente une importance capitale pour le décongestionnement du centre-ville de Kayes et singulièrement de la zone du grand marché.

En plus de l’aménagement des différentes voies citées, les travaux du lot 2 ont également permis la construction de près de 15 000 mètres linéaires de caniveaux et d’ouvrages d’assainissement ; la réalisation de l’éclairage public le long de toutes les voies sur environ 17 km et la plantation de plus de 1300 arbres d’alignement.

Enfin, il faudrait noter que le financement des travaux de construction du  2ème Pont sur le fleuve Sénégal et ses routes d’accès a été entièrement pris en charge par le budget national pour un coût global de 58 156 134 751 F CFA TTC.

           

Source: Journal La Preuve

Vous allez aimer lire ces articles

Eco : Une conférence internationale à Lomé

72ème session du Conseil d’Administration du Groupe BDM-SA : les administrateurs très satisfaits des performances particulières réalisées

Malversations financières à la Banque malienne de solidarité (BMS) : Bintou Maïga soupçonnée d’être au cœur d’un scandale de plus de 100 millions

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct