Malijet.co

La crypto-monnaie de Facebook sera-t-elle utile à l’Afrique?

Dans le cadre de notre série de lettres de journalistes africains, le spécialiste de la technologie Andile Masuku examine ce que le lancement de la crypto-monnaie de Facebook pourrait signifier pour l’Afrique.

Dès le début de l’année prochaine, Facebook a l’intention de permettre à ses deux milliards d’utilisateurs – dont plus de 139 millions en Afrique – d’effectuer des paiements numériques via ses applications et son populaire service de messagerie WhatsApp en utilisant une nouvelle crypto-monnaie appelée Libra.

Lire aussi :

Akon lance une crypto-monnaie

Jusqu’où ira la folle envolée des monnaies électroniques?

Cela pourrait avoir de profondes implications pour un continent qui reçoit un montant énorme de transferts de fonds – et qui est l’une des régions du monde les moins bancarisées, ce qui a permis à d’autres innovations comme les paiements mobiles money de prendre racine en Afrique.

Presentational white space

En tant que Zimbabwéen vivant en Afrique du Sud, je suis devenu insensible au vol qui s’ensuit chaque fois que je reçois de l’argent de l’étranger ou que j’envoie de l’argent à ma famille dans mon pays.

En tant que tel, comme beaucoup d’autres pragmatiques prudents, je me réjouis de la perspective qu’un réseau comme Libra perturbe de façon permanente les activités lucratives de transfert de fonds des grandes banques et des services de transfert d’argent comme Western Union et MoneyGram.

Panne géante à Facebook, WhatsApp et Instagram

Comment Facebook est utilisé pour tuer des “gangsters”

Selon un rapport de la Banque mondiale publié l’année dernière, le coût de l’envoi d’argent liquide en Afrique subsaharienne était au moins 20 % plus élevé que dans toute autre région du monde.

Le rapport révèle que l’envoi de 200 $ à destination et en provenance de la région au cours du premier trimestre de 2018 coûte la somme faramineuse de 19 $.

Mais nous ne devons pas être naïfs face à la myriade de facteurs responsables du maintien des inefficacités du marché et de la gestion active des complexités économiques que des sociétés comme Western Union exploitent avec beaucoup d’efficacité.

Copyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionLe coût de l’envoi d’argent liquide en Afrique subsaharienne est 20% plus élevé que dans toute autre région du monde.

Le fait est que de nombreux gouvernements en Afrique ont permis ce statu quo de l’industrie des transferts de fonds et en sont venus à compter sur le fait que leurs coffres sont remplis de recettes liées aux transferts de fonds.

Risques de sécurité

Les gouvernements africains se méfient aussi profondément des crypto monnaies, comme le bitcoin.

La longue liste des pays qui ont, d’une manière ou d’une autre, interdit l’utilisation de la crypto monétaire comprend le Nigeria, le Kenya, l’Ethiopie et même mon Zimbabwe natal, qui est en bonne voie de devenir une société sans cash grâce à l’adoption croissante des services monétaires mobiles.

Elle a abandonné sa propre monnaie pendant 10 ans à cause de l’hyperinflation, et elle est actuellement en train d’essayer de rassurer une nation sceptique que le dollar zimbabwéen nouvellement introduit a de la valeur.

 

Les décideurs politiques du Zimbabwe ont fait valoir que la notion idéalisée de crypto-monnaie ne tient pas suffisamment compte de certaines des limites et des risques très réels pour la sécurité.

Pensez aux défis liés à la perception d’impôts, au risque de permettre involontairement des activités illicites et le blanchiment d’argent et, bien sûr, à la vulnérabilité potentielle liée aux pirates de la cryptographie.

Presentational grey line

Qu’est-ce qu’une crypto-monnaie ?

Elle n’a pas de billets ou de pièces, elle existe en ligne et utilise une technologie appelée blockchain pour la soutenir.

La plus connue, Bitcoin, n’est pas émise par les gouvernements ou les banques traditionnelles.

Qu’est-ce que Blockchain ?

Il s’agit d’une méthode d’enregistrement des données, un grand livre numérique des transactions réparties sur des ordinateurs dans le monde entier hors du contrôle d’une personne ou d’une entité.

Qu’est-ce qui rend Libra différente de Bitcoin ?

Elle utilisera la technologie blockchain, mais elle sera gérée par un groupe d’entreprises connues.

Presentational grey line

Et ce sont des choses que les dirigeants africains doivent aborder dès le départ avec Facebook.

Aux États-Unis, les législateurs ont déjà proposé un moratoire sur le déploiement de Libra jusqu’à ce que Facebook rassure le Congrès que Libra n’exacerbera pas le blanchiment d’argent et le financement des groupes terroristes, entre autres.

 

Le livre blanc de Facebook sur Libra, qui décrit les plans du géant de la technologie pour réinventer la finance mondiale, montre bien que contrairement aux crypto monnaies complètement décentralisées telles que Bitcoin, qui fonctionnent en dehors du contrôle des autorités centrales ou des banques, Libra est prête à être soutenue par une réserve de devises et d’actifs réels.

Facebook utilise cette différence pour convaincre les décideurs que Libra est un pari rentable.

Elle bénéficie de l’appui de Visa, MasterCard, Uber, Spotify et même du sud africain PayU.

Le contrecoup de l’Internet gratuit

Alors que les représentants de Facebook combattent les inquiétudes concernant la possible confusion d’intérêt de l’entreprise dans le projet Libra, nous ferions bien de ne pas oublier comment le géant de la tech servait autrefois la rhétorique de la pauvreté dans le monde pour justifier le déploiement mondial de l’offre Free Basics il y a plusieurs années.

À l’époque, l’entreprise a audacieusement vendu Free Basics, qui permet aux gens dans certains pays d’accéder gratuitement à Facebook et à d’autres sites Web, comme le développement le plus significatif de l’humanité pour promouvoir “Internet comme un droit” pour tous.

Copyright de l’imageAFP
Image captionL’Inde s’est opposée à ce que Facebook ait le monopole d’Internet avec Free Basics

Surnommé par les détracteurs “Internet selon Facebook”, de nombreux pays africains l’ont utilisé.

L’Inde, et c’est bien connu, ne l’a pas fait, arguant qu’elle portait atteinte au principe de neutralité du réseau – l’idée que tout le trafic Internet devrait être traité sur un pied d’égalité – et qu’il était inapproprié de permettre à Facebook de fournir une version tronquée d’Internet à des centaines de millions de personnes.

Avec l’aide de l’opérateur panafricain de téléphonie mobile Airtel Africa, Facebook a déployé Free Basics dans pas moins de 17 pays africains.

Il est difficile d’affirmer qu’offrir aux Africains pauvres et déconnectés un accès limité à Internet à des services tels que la santé, l’éducation, l’emploi, la communication et le contenu local, sans frais pour eux, est tout sauf avantageux.

 

Pourtant, le fameux business model de Facebook, qui consiste à monétiser les données des utilisateurs, fait qu’il est impossible d’ignorer l’impact négatif potentiel à long terme de permettre à une telle entreprise de tirer profit de la conservation de la seule version de l’Internet que des millions d’Africains pourraient jamais connaître.

Étant donné les lacunes très médiatisées de l’entreprise, il y a de bonnes raisons de se méfier de Facebook et de nombreux partisans de la crypto-monnaie pure et dure considèrent le concept de Libra comme l’accessoire parfait pour une industrie financière mondiale désespérément en panne.

Les critiques soulignent également la facilité avec laquelle les gouvernements africains peuvent couper l’Internet et les applications de messagerie, ce qui signifie que s’ils le souhaitent, ils peuvent effectivement couper l’accès de leurs citoyens à la monnaie numérique.

Serait-il sage pour nous de devenir trop dépendants de Libra?

Les récents problèmes de réseau sur Facebook, WhatsApp et Instagram survenus en Afrique du Sud la semaine dernière ont également servi de rappel à quel point le recours à Libra de Facebook pourrait s’avérer perturbateur sur le plan économique si une panne similaire se reproduisait.

 

Je suis encouragé par la façon dont des personnalités clés au sein de la communauté innovante de la crypto monnaie en Afrique mènent un débat remarquablement nuancé sur les avantages et les inconvénients potentiels de Libra.

Les réseaux sociaux et les blogs tels que celui du Nigérian Seyi Taylor, qui pense que si cela s’avère bon marché et pratique, l’adoption pourrait être rapide, et Michael Kimani, du Kenya, qui explique comment cela cible les pauvres, ont jusqu’à présent suscité de solides discussions en ligne dont on peut seulement espérer qu’elles se retrouveront dans les salles consacrées à l’élaboration de politiques sur tout le continent.

Presentational white space

Cela dit, si, un dimanche prochain, je pouvais envoyer à mes parents 100 $ pour payer des vaccins pour le bétail par le biais d’un message WhatsApp, et qu’ils pouvaient immédiatement se rendre à leur marché agricole local et faire un achat avec Libra – ce serait plutôt bien.

BBC

Vous allez aimer lire ces articles

L’UE débourse 90 milliards pour la force antiterroriste G5 Sahel

Jules-Pascal Coly répond au président ivoirien, qui affirme que le franc CFA est une monnaie africaine : « le franc CFA appartient à la France qui le loue a ses ex-colonies depuis 70 ans »

Bakary Togola en taule position

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct