Lancement du processus budgétaire 2021 : Des performances économiques à consolider

La ministre déléguée en charge du Budget, représentant le Premier Ministre, ministre de l’Economie et des Finances, a présidé ce lundi 17 février à Bamako, la conférence de lancement du processus budgétaire 2021. A cette occasion, Mme Barry Awa Sylla a fait une brève présentation de l’évolution de l’économie du Mali, aussi des thèmes importants sur ledit processus.

 

Étaient présents à cette rencontre, le directeur général du Budget Sidiki Traoré, de l’Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne, S.E Dietrich Paul, non moins Coordinateur du Groupe Thématique Économie et Finance, mais aussi les hauts cadres de l’administration financière et les représentants des partenaires techniques et financiers de notre pays, le président du conseil national de la société civile, Boureima Allaye Touré.

Cette conférence sur le lancement du processus budgétaire 2021 revêt un caractère particulier puisqu’il s’agit du lancement des travaux de préparation du budget d’Etat de l’année 2021. Elle intervient dans un contexte macroéconomique quelque peu favorable. « Au niveau de la zone UEMOA, l’inflation est restée inférieure au critère de convergence de 3%. Les perspectives en 2020 restent favorables avec une croissance estimée à 6,7 %, à condition d’œuvrer pour l’amélioration du climat des affaires, la promotion de l’investissement privé et l’amélioration de la gouvernance », a indiqué la ministre en charge du Budget.

Sur le plan national, a ajouté Mme Barry Awa Sylla, les performances économiques sont poursuivies avec un taux de croissance  de 5 % en 2019 grâce au  dynamisme du secteur primaire essentiellement, contre 1,6 % de taux d’inflation. Au niveau des dépenses, le déficit budgétaire est ressorti à 2 % contre une prévision de 2,7 % du PIB.

En ce qui concerne l’année 2020, elle a estimé que l’amélioration de l’exécution budgétaire devrait se traduire par un double objectif d’intensification de la mobilisation des ressources intérieures et de maîtrise des dépenses.

« En 2021, les perspectives macroéconomiques du Mali incitent à la mise en œuvre d’une politique budgétaire prudente, consécutive à un léger repli du taux de croissance réel estimé à 4,8 %, contre 4,9 % en 2019. Quant à l’inflation, elle resterait inchangée par rapport à 2020, soit 2 % », a indiqué la ministre en charge du Budget. Avant d’insister sur la nécessité de consolider ces performances économiques.
Mahamane Maïga

Lejecom

Vous allez aimer lire ces articles

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA BMS-SA, LANFIA KOïTA LORS DE LA PRESENTATION DE VŒUX DU NOUVEL AN 2023 AU PERSONNEL : « En 2022, le total bilan de la banque a augmenté de 23 % pour s’établir à 1.437 milliards F CFA. »

7EME SESSION C.A DE LA CMDT : L’optimisme est de taille

LE DIRECTEUR GéNéRAL DES DOUANES, AMADOU KONATé à LA JOURNéE INTERNATIONALE DE LA DOUANE : « Les douanes du Mali ont réalisé des prouesses inédites en 2022. Les prévisions de recettes budgétaires ont été atteintes… »

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct