L’information au service de la productivité

Pays à vocation agropastorale, le Mali dispose de plus de 45 millions d’hectares de terres cultivables. Traversé par les fleuves Niger et Sénégal, le pays dispose d’un potentiel d’irrigation, estimé à environ 2,2 millions d’hectares, dont plus de 1,8 million dans la vallée du fleuve Niger. Près de 30% de cette capacité est irrigué. Notre pays peine à produire à hauteur de cet immense potentiel en eaux et en terres arables.

Pour cause : les coûts élevés des infrastructures d’irrigation, les capacités techniques limitées, le manque de financements. Le tout ayant comme effet la faible productivité du secteur agricole qui paraît être l’une des causes à l’origine de la pauvreté au Mali. L’agriculture occupant 72% de la population active et représentant près de 42% du Produit intérieur brut (PIB). Ce qui fait du secteur un bassin potentiel de réduction de la pauvreté.

La mise à disposition des producteurs de mécanisme de financement adapté à leur situation précaire paraît nécessaire à cet effet. à leur profit et pour leur plein épanouissement, la subvention d’intrants adéquats de qualité et en quantité suffisante semble également indispensable. Ces solutions alternatives seraient superfétatoires sans un accès facile de tous à l’information agricole fiable et à temps réel. «Les agriculteurs de toute la région de l’Afrique de l’Ouest, tout comme d’autres parties de l’Afrique subsaharienne, continuent de faire face à des rendements très faibles en raison des difficultés d’accès à des informations vitales sur les semences améliorées et les engrais appropriés», déclare Dr Abdulai Jalloh, directeur de la recherche et de l’innovation au Coraf.

La carte des recommandations pour les engrais et les semences en Afrique de l’Ouest (FeSeRWAM) est une solution novatrice majeure pour relever ce défi de manière durable. Cette nouvelle plateforme en ligne, lancée hier virtuellement, a été mise en œuvre par le Centre international de développement des engrais (IFDC) et le Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (Coraf).

Financé par l’USAID, FeSeRWAM est une approche et un outil innovateurs permettant de fournir des informations techniques clés spécifiques aux sites sur les semences améliorées, les mélanges d’engrais appropriés et les bonnes pratiques agricoles. Ainsi, il devra permettre à des milliers d’agriculteurs d’Afrique de l’Ouest et plus encore de disposer d’informations essentielles sur l’agriculture. En soutenant par exemple la prise de décision afin de permettre aux agriculteurs d’augmenter leur productivité agricole et d’améliorer leur bien-être général.

Cela, grâce à l’ensemble des Paquets d’intrants agricoles (AIP) adaptés à leurs zones agro-écologiques (AEZ) spécifiques, qui peuvent être utilisés comme matériel de soutien et de formation pour les agriculteurs locaux.

Cheick M. TRAORÉ 

Source: Journal l’Essor-Mali

 

Vous allez aimer lire ces articles

Campagne agricole en zones cotonnières : le ministre de l’Agriculture à Bougouni et à Kadiolo

Mali : Plainte contre Amadou Gagny Lah : la BICIM veut-elle jeter le bébé avec l’eau du bain ?

En visite à la Direction générale des impôts (DGI): Le ministre de l’Economie et des finances prône » l’amélioration des recettes et l’exécution transparente des dépenses publiques »

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct