Les travailleurs des secteurs des mines et des industries viennent de mettre sur place ce vendredi, 14 février 2020 un nouveau syndicat dont le le président est Konté Mahamadou. Il dirige un bureau exécutif « pour le renouveau et le changement de comportement, la justice sociale, l’autonomie financière pour une paix durable et globale » de ce secteur au Mali.

C’est son 1er congrès national pour l’institutionnalisation du syndicat libre des miniers et des industries qui vise à « servir, agir, et bâtir », dans le secteur mine et industrie, en passant par l’investiture d’un président, des représentants du bureau et des membres du syndicat. L’institution de ce syndicat a été soutenue par le syndicat libre de l’eau et de l’électricité.

Selon le président du syndicat Konté Mahamadou « c’est une vision qui vient de se concrétiser car il a fallu plus de trois ans que la sensibilisation a été lancée pour la création de ce syndicat, car il fallait se prendre à charge pour un secteur qui est en train d’évoluer »,  « ce syndicat nous permettra de travailler de façon autonome et libre au mali », a-t-il ajouté. Ensuite il invite tous les représentants et les membres du bureau à travailler activement enfin d’assoir un syndicat raisonnable.

Les raisons de la mise en place d’un bureau exécutif sont multiples en effet, « il faudrait mettre à jour le secteur, et personne d’autre ne viendrait s’occuper de notre sort et de notre bien- être, comprendre nos préoccupations que nous même », a-t-il déclaré, le directeur des mines. Et aussi le secteur des mines et des industries ressemble dans son sein des milliers d’employé, 26 comités syndicaux, et présent sur 9000 cites miniers en exploitation au mali d’où l’importance de la création d’un syndicat libre.

Jack Dzaku

Nordsudjournal