Mali – Infrastructures routières : Combler le fossé

Pour assurer son désenclavement intérieur et extérieur, le Mali doit combler son déficit en matière de routes. Avec l’une des densités routières les plus faibles du continent, estimée à 1,80 km pour 100 km², les besoins dans le domaine sont colossaux. Infrastructures insuffisantes ou inadéquates, dégradation rapide des routes, insuffisance des investissements ou encore manque de ressources qualifiées, les difficultés du secteur sont nombreuses et les défis sont nombreux. Malgré une volonté affichée de doter le pays d’infrastructures de qualité, l’objectif peine à se réaliser. Pour la résolution concrète de tous les maux sur nos voies, il faut l’implication effective de tous les acteurs pour trouver des réponses concertées en vue de l’atteinte des objectifs.

 

Secteur clé et secteur transversal de l’économie, le domaine du transport est caractérisé par une insuffisance drastique des ressources nécessaires à son épanouissement.

Sa contribution au PIB est passée de 3,61% en 2010 à 5% en 2013, selon le document de la Politique nationale des transports, des infrastructures de transport et du désenclavement (PNTITD) élaboré en 2015.

Son budget moyen annuel tourne autour de 110 milliards de francs CFA, variant d’une année à l’autre et représentant 10 à 15% du budget de l’État, ce qui est insuffisant au regard des besoins de financement du secteur, auxquels s’ajoutent les contraintes des acteurs chargés de la mise en œuvre des projets d’infrastructures routières.

Un réseau non aménagé

Disposant d’un vaste réseau classé, constitué de 89 000 kilomètres et dont l’aménagement permettrait d’assurer le désenclavement du pays, l’état réel de réalisation des infrastructures fait ressortir un total de 6 605 km de routes revêtues, de 1 888 km de routes en terre et de 17 277 km de pistes améliorées, selon le ministère des Infrastructures et de l’équipement.

En 2014, 21 681km de voies bénéficiaient d’un entretien plus ou moins régulier, soit un patrimoine 2 200 milliards de francs CFA. En 2019, le réseau revêtu était essentiellement constitué des routes nationales, pour un linéaire de 5 700 km, dont 60% est en bon état, contre 35% pour le reste du réseau.

Ce réseau compte 4 621 liaisons totalisant un linéaire de 89 024 km, correspondant à une densité de 7,17 km pour 100 km². Ce classement, élaboré en fonction du contexte de la décentralisation, répartit le réseau routier en différentes catégories. Les routes d’intérêt national (RN), dont la construction et l’entretien sont assurés par l’État, totalisent 44 liaisons pour 14 102 km soit 15,8% du linéaire total. Les routes d’intérêt régional (RR), dont la construction et l’entretien sont assurés par la Région, totalisent 40 liaisons pour 7 052 km, soit 8%du linéaire total. Les routes d’intérêt local (RL), dont la construction et l’entretien sont assurés par le Cercle, totalisent 836 liaisons pour 28 929 km, soit 32,5% du linéaire total, et les routes d’intérêt communal (RC) voient leur construction et leur entretien être assurés par la Commune.

Du fait d’un manque d’investissement conséquent, les pistes rurales sont à 95% dans un très mauvais état. Il est passable pour 5%. Elles totalisent 3 701 liaisons pour 38 941 km, soit 43,7% du linéaire malien total.

Besoins insatisfaits

Pour le ministère des Infrastructures et de l’équipement, les besoins en la matière  sont prioritairement l’augmentation des ressources financières afin de réaliser de nouvelles routes, l’entretien des routes et le renforcement des capacités des agents. Leur satisfaction est soumise cependant à plusieurs contraintes. Ce sont principalement l’occupation « des emprises des routes par les riverains et les réseaux des différents concessionnaires », qui « affectent considérablement le bon déroulement des travaux ». Précisons que la libération des emprises relève du ministère des Domaines et des affaires foncières.

Les autres contraintes du secteur sont l’insuffisance et l’inadéquation des ressources humaines et celle des ressources financières destinées à assurer le financement du domaine, selon les autorités en charge du secteur.

À celles-ci s’ajoutent le mauvais état et l’inadaptation des infrastructures, la vétusté et l’inadaptation des moyens de transport, ainsi que l’insuffisance de la cartographie à grande échelle.

Le mauvais état général des voies s’explique par le déficit chronique d’entretien, l’insuffisance des ressources allouées à celui-ci, qui ne couvrent que moins de 50% des besoins d’entretien courant, la mauvaise qualité des travaux de construction des routes et les effets de la surcharge des véhicules de transport, qui accélère leur dégradation.

Le phénomène de surcharge routière représentait en 2012 une perte de 29 à 37 milliards de francs CFA sur la valeur du patrimoine routier du Mali. Du fait de l’application des mesures de lutte contre la surcharge, le taux moyen de surcharge des véhicules sur les deux principaux corridors (Dakar – Bamako et Abidjan –  Bamako) est passé de 70% en 2009 à moins de 30% en 2014.

Des acteurs peu encadrés

Regroupées dans l’Organisation patronale des entrepreneurs de la construction du Mali (OPECOM), créé en 1972, environ 2 500 entreprises travaillent dans le domaine du transport. La privatisation de l’entretien routier comptant parmi les facteurs de la multiplication de ces entreprises, selon les responsables de l’OPECOM. Ce sont ces entreprises nationales qui assurent « l’entretien routier » et à ce jour l’offre est très faible par rapport à la demande. Et, en ce qui concerne les « grands travaux, seule une poignée d’entreprises maliennes y participe », constate M. Boubacar Diallo, le Président de l’OPECOM.

Si l’organisation reconnaît le besoin d’une nécessaire restructuration, avec un recensement actuellement en cours pour identifier les intervenants et le souhait de faire relire une disposition de 1993 qui a exclu les tâcherons, elle déplore le manque d’encadrement de l’État, ce qui constitue une contrainte majeurs pour les acteurs.

« L’État a favorisé la création d’entreprises, mais il nous a manqué l’encadrement et l’accompagnement nécessaires, dans le cadre d’une vision à long terme, pour doter notre pays d’entreprises capables de concurrencer les entreprises étrangères », explique M. Diallo.

Outre les difficultés à obtenir l’accompagnement des banques, l’organisation pointe du doigt les « taux d’intérêt très élevés en cas d’accompagnement ». Elle déplore aussi des critères de qualification « très souvent abusifs par rapport à la consistance réelle des travaux » et le retard considérable dans le paiement des décomptes des ayant droit, avec pour conséquence que les intérêts bancaires compromettent les bénéfices escomptés.

L’OPECOM estime également que les problèmes de fiscalité restent mal maîtrisés par les entrepreneurs et mal expliqués par les services techniques publics qui sont chargés de sa vulgarisation.

Outre le renforcement des capacités des ressources humaines, celui du secteur en infrastructures et équipements modernes et la disponibilité des informations géographiques à un coût optimal, l’application des dispositions légales existantes aideraient à relever certains défis du secteur. Notamment celle du décret N°2015-0890 / P-RM du 31 décembre 2015, qui fixe les emprises et les caractéristiques techniques minimales des différentes catégories de routes.

Et aussi  celle de la loi N°2016-061 du 30 décembre 2016, dont l’application effective pourrait faciliter la mise en œuvre de financements à travers des partenariats public – privé (PPP).

Le secteur des infrastructures routières est créateur d’emplois pour notre pays, « riche des ses nombreuses potentialités », mais où les opportunités restent « faibles pour les locaux ».

Mais, et c’est prometteur, depuis quelques temps, pour « mieux délimiter leurs zones d’intervention », les différents acteurs du secteur, outre les entreprises de BTP, notamment certains ordres professionnels (Architectes, Ingénieurs Conseils, Urbanistes, Géomètres Experts) et l’APIM (Association des promoteurs immobiliers),  travaillent plus en synergie.

Fatoumata Maguiraga

Repères :

Entreprises de BTP : 2 500

Routes revêtues : 6 605 km

Routes en terre : 1 888 km

Pistes améliorées : 17 277 km

 Journal du Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Sky Mali : LES PREMIERS VOLS PRÉVUS FIN AOÛT

TRANSPORT AÉRIEN AU MALI LA COMPAGNIE SKY-MALI OFFICIELLEMENT LANCÉE !

Office du Niger : les paysans attendent impatiemment les intrants agricoles

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct