Malijet.co

MINISTRE DES MINES ET DU PETROLE A PROPOS DE LA SUSPENSION DE DRAGAGE : “Le président République est décidé à mettre un terme à ce fléau…”

Pour le ministre des Mines et du Pétrole, Mme Lelenta Hawa Baba Bah, l’arrêté interministériel n°2019-1344/MMP-MEADD-MATD-MSPC-SG du 15 mai 2019 portant suspension des activités d’exploration et d’exploitation aurifère par drague sur les cours d’eau au Mali pour une année est une instruction du président de la République pour mettre fin au dragage qui ne fait que des dégâts et des malheureux sur nos fleuves.

 

Afin d’informer l’opinion nationale et internationale sur cette décision gouvernementale, le ministre des Mines et du Pétrole, Mme Lelenta Hawa Baba Bah était hier à l’hôtel Maeva Palace face à la presse.

Dans sa déclaration, elle a déploré la pollution causée par le dragage et l’utilisation de produits chimiques dangereux sur nos cours d’eau. “Ces pratiques causent des dommages aux différents cours d’eau du Mali (le fleuve Niger jusque dans la ville de Bamako, le fleuve Bagoé et la Falémé principalement) en provoquant leur obstruction et en détériorant l’eau que les riverains boivent. Il est à noter que le mercure utilisé dans l’exploitation de l’or dans l’orpaillage et le dragage met en danger la vie des utilisateurs directs et les consommateurs de poissons de tout le pays”.

A en croire la première responsable du département, la délivrance des permis par les services techniques du ministère ont cessé en 2017, lorsqu’ils se sont rendu compte des dangers qu’occasionne l’activité extractive de l’or par dragage sur nos cours d’eau.

S’agissant de la suspension de l’activité pour une année à compter du 15 mai 2019 sur toute l’étendue du territoire, le ministre a annoncé que c’est une instruction du président de la République pour le bien-être des populations et la survie de nos cours d’eau. “Le président de la République est décidé à mettre un terme à ce fléau. Oui j’ai dit un fléau, puisque depuis 2017, nous nous sommes rendu compte des dangers qu’occasionne l’activité extractive de l’or par dragage sur nos cours d’eau. D’ailleurs, depuis cette date, aucun titre ou permis n’a été délivré par nos services techniques”.

Malgré cette décision du département des Mines et du Pétrole, les dragues se dénombrent par centaines sur les fleuves au Mali.

Partant de ce constat, 4 départements ministériels (Mines et Pétrole, Administration Territoriale et Décentralisation, Environnement et Développement durable et Sécurité et Protection civile) ont pris un arrêté le 15 mai dernier annonçant la suspension des activités aurifères d’exploitation par dragage sur l’ensemble des cours d’eau au Mali pour un an.

Selon le ministre, d’ici la fin de cette période, le département finira la relecture du code minier de 2012 qui prévoit l’interdiction formelle des dragues en République du Mali.

Mme Lelenta Hawa Baba Bah a également assuré que les opérations contre les pratiquants et leurs complices se poursuivront sur toute l’étendue du territoire. Elle a signalé que plusieurs personnes sont déjà arrêtées par les forces de l’ordre. “Elles seront mises à la disposition de la justice et les dragues saisis seront détruites…”, a informé le ministre.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous allez aimer lire ces articles

MALI : le gouvernement mène une croisade contre l’usage du cyanure dans l’orpaillage

Sommet de la CEDEAO: « Nous repartons de Ouagadougou avec beaucoup de satisfaction et d’espoir » dixit Président IBK.

MACINA : début des premières récoltes dans les zones rizicoles

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct