Malijet.co

Normalisation et promotion de la qualité : Le leadership de l’AMANORM en Afrique !

L’Agence Malienne de Normalisation et de Promotion de la Qualité (AMANORM) a tenu, le lundi 8 avril 2019, la 7ème session ordinaire de son Conseil d’Administration sous la présidence du ministre du Développement Industriel et de la Promotion des Investissements, Moulaye Ahmed Boubacar.

Le nouveau Directeur de l’AMANORM, Younoussa Maïga et l’ensemble des administrateurs étaient présents.

Le Président du Conseil d’Administration a rappelé que l’AMANORM est l’organisme national chargé de coordonner et d’assurer le suivi des actions de développement de l’Infrastructure Nationale de la Qualité (INQ). C’est elle qui assure  la mise en œuvre de la politique nationale en matière de normalisation et de promotion de la qualité.

C’est donc sur cette infrastructure que repose l’espoir de développement du tissu industriel du Mali et toute possibilité de croissance et de développement socioéconomique durable.Toutefois, regrette Moulaye Ahmed Boubacar, l’AMANORM démarre l’année 2019 dans un contexte national et international difficile, marqué par la faible compétitivité des entreprises nationales, la faiblesse de leurs exportations, l’ouverture des marchés communautaires et régionaux, l’opérationnalisation de la Zone de Libre-échange Continental (ZLEC), la globalisation et la libre circulation des biens et services, le renforcement des Obstacles Techniques au Commerce (OTC). Toutes choses qui font que, malgré sa position de troisième économie de l’espace communautaire UEMOA, notre pays peine encore à obtenir « un niveau satisfaisant d’exportation de ses biens et services, condition sine qua non à son développement industriel».

Des produits d’excellente qualité pour accroitre le taux d’exportation

A cet effet, le PCA estime que «pour accroitre son taux d’exportation, notre pays devra nécessairement disposer d’un tissu industriel performant et diversifié où les entreprises, qu’elles soient industrielles ou non, du secteur privé ou du secteur public, indépendamment de leur taille, fournissent des produits et services d’excellente qualité, respectueux de l’environnement, compétitifs sur le marché national et capables d’accéder aux marchés communautaire et international».

Moulaye Ahmed est convaincu que c’est à cette seule condition que le Mali se maintiendra dans la voie de son émergence économique, conformément au projet de société du Président de la République, intitulé « Notre grand Mali avance », énoncé dans son programme 2018-2023 et dans la Lettre de mission assignée au Chef du gouvernement. Il a tenu à rappeler que la vision présidentielle, fondement du Cadre de Relance Economique et de Développement Durable (CREDD) 2019-2023, s’articule autour de cinq (5) axes stratégiques, dont chacun implique l’AMANORM à travers ses missions : la gouvernance et les réformes politiques et institutionnelles, la promotion d’une croissance inclusive, le développement du capital humain et l’inclusion sociale, l’environnement, le changement climatique et le développement durable, la diplomatie, la coopération internationale et le partenariat.

167% !

En sa qualité de Président du Conseil d’Administration, le ministre n’a pas manqué de saluer l’augmentation du nombre de Comités Techniques de Normalisation, le lancement de la marque MALINORM, ou encore le bon taux de réalisation des objectifs d’accompagnement des entreprises à la Certification qui est de 167%.

De même, il espère qu’avec la nomination d’un nouveau Directeur général et la définition des objectifs opérationnels ambitieux établis pour l’exercice 2019, l’AMANORM pourra donner une entière satisfaction au Mali, à travers des actions transformatrices telles que : l’élaboration des normes nationales pertinentes, prenant en compte les vrais besoins de développement socioéconomiques du pays, la promotion de l’application des normes nationales, communautaires et internationales, la certification de conformité aux normes des produits, services et systèmes, l’accréditation des organismes d’évaluation de la conformité et le développement de la culture qualité dans toutes les sphères de la vie socioéconomique du pays.

C’est pourquoi, Moulaye Ahmed Boubacar a exhorté les administrateurs à prendre, lors de cette 7ème session ordinaire, des décisions ciblées et à faire des recommandations pertinentes qui devront permettre à l’AMANORM de réaliser pleinement sa mission et de contribuer efficacement à la compétitivité de l’économie nationale grâce à un tissu industriel fort, ainsi qu’à l’émergence économique et au développement durable du pays. Il est convaincu que cela est possible avec l’effort conjugué de l’ensemble des administrateurs et des acteurs de l’Infrastructure Nationale de la Qualité. Cela, afin de parvenir à hisser l’AMANORM au rang d’organisme national de normalisation leader dans la sous-région ouest-africaine et en Afrique.

GMT

 

Source: lechallenger

Vous allez aimer lire ces articles

Le Premier ministre reçoit une délégation de l’Union des Chambres économiques du G5 Sahel

Pour combattre la pénurie de petite monnaie La BCEAO va tester au Sénégal l’e-paiement à grande échelle en août

Réunion du bureau de l’Union des chambres de commerce et d’industrie du G5 Sahel «Les relations économiques de la zone G5 Sahel : opportunités, défis et perspectives» au cœur des débats

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct