Pour permettre au Palais de la culture Amadou Hampaté Ba d’offrir les meilleures prestations, de faire de ce haut lieu de la culture malienne, l’un des meilleurs centres du marché de l’industrie de l’événementiel au Mali et de répondre convenablement aux besoins des usagers, les administrateurs ont adopté un budget de 858 869 000 F CFA pour l’exercice 2020.

Le ministre de la Culture, Mme Ndiaye Ramatoulaye Diallo a présidé, hier, la cérémonie d’ouverture de la 22e session ordinaire du conseil d’administration du Palais de la culture Amadou Hampaté Ba. C’était en présence du directeur générale de l’établissement, Abdoulaye Diombana.

Le  ministre de la Culture a déploré que les effets induits de la crise qui frappe notre pays depuis déjà quelques années et la réouverture du Centre international de conférence de Bamako (CICB), ont impacté durement les recettes du Palais de la Culture.

Par contre, Mme Ndiaye Ramatoulaye Diallo s’est réjouie des progrès constatés au niveau de deux formations nationales : les Ballets maliens et le Badema national. Ces formations nationales assurent les missions de prospection et de valorisation de l’art et de la culture du Mali.

Pour permettre au Palais de la culture Amadou Hampaté Ba d’offrir les meilleures prestations, de faire ce prestigieux lieu de la culture malienne, l’un des meilleurs centres du marché de l’industrie de l’événementiel au Mali et de répondre convenablement aux besoins des usagers, le ministre a souhaité une nouvelle démarche commerciale qui intègre la concurrence.

Aux dires du ministre, ce changement de stratégie exige des ressources humaines compétentes, disponibles, en capacité de permettre au Palais de la culture d’occuper toute sa place sur le marché.

A en croire la cheffe du département de la Culture, le Palais a certes fait quelques réalisations salutaires, mais il lui reste beaucoup à faire pour donner un éclat particulier à ses activités. Lire la suite sur aumali…

 

  1. Y.Doumbia

Source: l’indicateur du renouveau