Le Mali, à l’instar des autres pays du monde, vient de réaliser qu’il faut intensifier les mesures que les grandes puissances ont instaurées depuis des semaines. Avant même l’heure, c’est une course générale, au niveau des départements ministériels, qui s’organise toute la journée pour faire des stocks alimentaires.

Nos différents détours, au niveau de la cité administrative, abritant plusieurs départements ministériels, nous ont permis de constater ce 31 Mars des ravitaillements de grande qualité en produits de première nécessité. Du riz, de huile, du sucre, de la farine, de la vermicelle, du petit poids, des pâtes de tomates, de l’eau minérale ou encore du thé et du Nescafé.

Des véhicules de personnalités ont été aperçus par nos radars devant des magasins de la capitale. Aussi, des 4/4 appartenant à des officiers supérieurs de l’armée (plaque AMA) ont été signalés devant la boutique 1001 merveilles de Bamako pour l’urgence de ravitaillement en produits.

Les hauts cadres et barrons ont exhorté des proches afin qu’ils fassent leur approvisionnement alimentaire contre toute difficulté liée à un éventuel confinement. Il est urgent que les citoyens lambda emboîtent le pas à la mesure de leurs maigres.

Des sources sécuritaires et médicales s’alarment de la transmission du coronavirus à un rythme incroyable. Pour la seule journée du 31 mars 2020, le service des maladies infectieuses du Point G aurait recensé cinq (5) décès sans effectuer des tests.

Des indiscrétions avancent que ces décédés présenteraient tous des symptômes semblables à ceux du COVID19 ( problème respiratoire, écoulement nasal, forte fièvre et mal de gorge). Un de ses malades, confie un médecin, est décédé devant la porte de réanimation du point G. Les sources hospitalières annoncent que tous ces décédés ont été amenés à la morgue de l’hôpital du point G sans mesures adéquates.

Source: Figaro du Mali