Potentiel d’exportation du fonio du Mali vers les consommateurs de superaliments dans le monde

Le fonio, céréale sans gluten aux nombreux atouts nutritionnels, est cultivé en Afrique de l’Ouest depuis des milliers d’années. Il résiste à la sécheresse, peut pousser sans apport d’engrais et restitue la matière organique des sols en jachère.

Selon un rapport de la Société financière internationale (SFI), il existe des opportunités évidentes d’exportation de fonio du Mali car les consommateurs du monde entier considèrent cette céréale ancienne comme un super aliment.

Le Mali est le troisième producteur mondial de fonio derrière la Guinée (500 000 tonnes) et le Nigeria (90 000 tonnes ). Son gouvernement vise une production nationale moyenne annuelle d’un peu moins de 42 000 tonnes  pour la période 2019-2023. Les rendements moyens sont de 600 kilogrammes par hectare. Le fonio est une culture résiliente qui peut pousser et mûrir dans des sols appauvris et peu profonds en aussi peu que 70 jours.

Cependant, selon la SFI, sans améliorations significatives de l’efficacité de la transformation post-récolte et du contrôle de la qualité, les marchés d’exportation resteront hors de portée des producteurs, transformateurs et exportateurs maliens.

Une entreprise qui tire parti du potentiel du fonio au Mali est la société agro-alimentaire africaine Yolélé. Basée aux États-Unis, ses produits sont actuellement disponibles dans plus de 2 000 épiceries aux États-Unis, y compris Whole Foods et Target. Plus tôt cette année, Yolélé s’est associé à la société agroalimentaire malienne Mali Shi pour créer une nouvelle entreprise, West African Ancient Grains, qui prévoit de transformer des milliers de tonnes de fonio dans le pays pour répondre à l’intérêt mondial croissant pour ce super aliment.

La culture joue un rôle vital dans la sécurité alimentaire des ménages ruraux dans plusieurs régions du Mali. Les ménages agricoles plantent généralement le fonio une fois qu’ils ont récolté leur riz, sorgho ou mil. Compte tenu d’un approvisionnement limité en fonio de qualité, il est considéré comme un luxe et réservé aux occasions spéciales ou aux besoins diététiques. Bien qu’il y ait une marge d’amélioration des rendements du fonio, la technologie et les pratiques innovantes doivent être adoptées pour réduire le fardeau de la transformation (battage, vannage, mouture et nettoyage), sinon l’expansion de la production serait vaine. Le principal défi auquel est confrontée la chaîne de valeur vient après la récolte. La poursuite des investissements dans la recherche et le développement, ainsi que l’adoption de technologies conçues pour des cultures similaires – comme le teff, une céréale originaire d’Éthiopie – pourraient contribuer à améliorer la transformation du fonio au Mali.

Sans une chaîne de valeur plus structurée où les producteurs ne cultivent pas seulement le fonio pour leur survie mais comme matière première pour les transformateurs modernes, les banques et les investisseurs privés auront du mal à fournir des financements.

 

intellivoire

Vous allez aimer lire ces articles

Direction générale des transports : De nouvelles missions plus ambitieuses et avantageuses

Le continent africain ne représente que 2,41 % des emplois dans le secteur des énergies renouvelables (Rapport)

Réhabilitation de la place de l’indépendance de Goundam: 250 millions pour la réalisation du projet

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct