Prix du ciment: comment est-ce possible?

La tonne de Ciment est passée de 85.000 à 115.000f voire 130.000 FCFA au Mali.
Cette flambée de prix est due, selon certains, à une crise au Sénégal, selon d’autres, ce pays voisin a limité son exportation pour pouvoir faire face aux besoins nationaux sans oublier l’arrêt de la production dans une des usines locales ici au Mali.

Je vous rappelle que notre pays a 4 usines de cimenterie, mais qui ne peuvent même pas produire la moitié du besoin réel. Je vous rappelle aussi que notre première région Kayes regorge d’importantes quantités de matière première à savoir le calcaire et l’argile utilisés dans la fabrication du ciment.
Mais comment pouvons-nous dépendre, en matière de ciment, d’un pays voisin qui vient prendre chez nous, notre banco (calcaire et argile) pour aller fabriquer du ciment chez lui?
Et venir nous vendre plus chère.
Comment peut-on expliquer que le ciment venu du Sénégal ou de la Côte Ivoire soit vendu au même prix sinon moins cher que le ciment produit chez nous même?
Pourquoi les prix sont laissés au libre choix des commerçants? Et l’Etat ne contrôle rien. Tant bien qu’il existe des structures et certaines associations dites des consommateurs qui sont entretenus par l’agent public.
A qui profite tout cela ? Sommes-nous maudits ?
Nous exigeons que nos autorités baissent les prix immédiatement sans oublier de prendre des mesures nécessaires afin que nous produisions beaucoup plus, moins cher et pourquoi pas exporter ?
Kibili Demba Dembele
Ingénieur en génie civil spécialisé en Bâtiments Travaux Publics. Gérant de l’entreprise SOGEMA BTP

La démolition est-elle une solution ?
Démolition en cours et cri de cœur de Kagnaga (Région de Kayes); le timing est là!
Quel que soit le motif, en pleine crise du COVID-19, de délestage, des problèmes sécuritaires qui trouvent et retrouvent une connectivité partout ( un exemple: le cri de cœur de la dame de Kagnanga qui demande assistance urgente) et bien d’autres facteurs désobligeants, ne peuvent trouver leur solution dans une démolition de toits qui, si je ne me trompe pas, abritent des citoyens et non des extraterrestres et le timing lui aussi est là!
Si au moins un Plan B a été prévu; un cadre adéquat pour recaser même temporairement une famille déguerpie.
Ceux qui diront « Toi là tu es loin et tu ignores certaines réalités » je leur dirais tout simplement « au lieu de sensibiliser l’opinion internationale, souvent contre nous-mêmes; essayons de trouver, ensemble, des solutions à l’amiable à nos différents problèmes ».
Pour autant il faut le rappeler et sans point d’exclamation; l’occupation illicite de lieux est interdite et réprimée.
Ibrahim Saleh Al Ansary

Source : INFO-MATIN

Vous allez aimer lire ces articles

Un nouveau président élu pour la chambre d’agriculture de Ségou :

KADIOLO : Échange en cours sur la mobilisation des ressources des collectivités locales

Le ministre Lamine Seydou Traoré : «Le pétrole au Mali n’est pas un mythe, mais bien une Réalité» !

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct