Dans notre parution du vendredi 17 janvier 2020, un des articles de la rubrique « économie » portait sur l’anacarde et ses vertus. Son intitulé était « l’anacarde : arbre aux vertus économiques et thérapeutiques ». Notre rédaction fut contactée par le projet PAFAM (Projet d´appui à la Filière Anacarde ou Mali) qui a tenu à rectifier quelques informations erronées que comportait ledit article. En plus de se faire, par le biais du responsable du projet,  Marta TIETZ, d’autres informations supplémentaires ont été mises à notre disposition. Afin d’être fidèle à la déontologie en la matière et aussi pour satisfaire notre conscience professionnelle, nous vous livrons dans les quelques lignes qui suivent, in extenso, la teneur des rectifications. Lisez !

Aujourd’hui, la filière anacarde au Mali est appuyé à travers le projet PAFAM (Projet d´appui à la Filière Anacarde ou Mali) et non par le projet CTARS (Commercialisation et Transformation de l’Anacarde dans la Région de Sikasso). Pour vous donner des informations complémentaires sur le projet PAFAM.

Le projet PAFAM est financé par le Fonds fiduciaire d´Urgence pour l’Afrique de l´Union européen et cofinancé par l´AECID, partenaire d´exécution du projet (voir site https://ec.europa.eu/europeaid/node/109155_en). Le projet PAFAM a pour trois objectifs spécifiques:

  • Les opportunités économiques et d’emploi rural dans la filière et les revenues des populations sont augmentées ;
  • La sécurité alimentaire et nutritionnelle est améliorée ;
  • La gouvernance de la filière est renforcée.

auxquels correspondent trois résultats:

  • Les opportunités économiques et d’emploi rural dans la filière et les revenus des populations sont augmentées grâce à la production, la transformation et la commercialisation de l’anacarde;
  • La sécurité alimentaire et nutritionnelle est améliorée grâce à une éducation nutritionnelle, la diversification de l’alimentation des populations et un meilleur accès aux aliments suite à l’augmentation des revenus;
  • Les acteurs de la filière sont accompagnés dans le renforcement de leurs capacités, et le Mali est reconnu aux niveaux national, régional et international comme producteur d’anacarde de qualité.

Le projet compte toucher:

Bénéficiaires directs: 12200 producteurs d’anacarde + 1170 transformatrices + 14 artisans

Bénéficiaires indirects 163 000

Et la zone d´intervention du projet est :

Les Cercles de Kayes, Bafoulabé, Kénieba et Kita (région de Kayes), de Bougouni, Kadiolo, Koutiala, Sikasso, Yanfofila et Yorosso (région de Sikasso), de Dioila, Kangaba et Kati (région de Koulikoro) sont concernés.

Par ailleurs, la Rédaction salue la promptitude et la courtoisie des responsables du projet pour leur geste qui consiste à éclairer la lanterne des Maliens, et s’excuse auprès d’eux, de la maladresse rédactionnelle qu’elle a commise.

La Rédaction

Source: Infosept