Relance du trafic ferroviaire de voyage et de marchandises : Une mission aux USA pour inspecter les 4 locomotives reconditionnées

En cas de non-satisfaction, la procédure du marché sera purement et simplement annulée !

Une délégation malienne composée des spécialistes quittera Bamako, ce samedi, pour une mission de huit jours aux USA en vue d’inspecter les caractéristiques techniques des quatre locomotives reconditionnées dont le marché est attribué, pour le moment, à l’entreprise américaine “Satarem” pour un montant de 4 580 000 000 Fcfa. Il s’agira, pour les Inspecteurs, de voir si les locomotives répondent aux besoins de la réalité du Mali. En d’autres termes, il s’agit de savoir si elles sont adaptées. Pour le moment, aucun franc n’a été décaissé par l’Etat. 

Reportée à case de la pandémie de Coronavirus ou Covid 19, la mission chargée d’inspecter les quatre locomotives reconditionnées est désormais prête pour effectuer le déplacement sur les USA, plus précisément à New York.  Selon nos informations, la délégation quittera Bamako, ce samedi, pour le pays de l’Oncle Sam où elle séjournera presqu’une semaine.

Composée de sept personnes, la délégation comprend le Conseiller technique du département des Transports, Docteur Salah Guindo, le directeur général de la Société de patrimoine ferroviaire, Ibrahim Maïga. Sans oublier Diacaridia Sidibé (spécialiste ferroviaire à l’Unité nationale de coordination) Modibo Simbara (Inspecteur Dépôt aux Ateliers centraux de Korofina) Boubacar Diarra (chef section Thermique) Mathurin Kéïta (chef section Air et Vide) et Abdoulaye Diarra (chef section mécanique générale).

Ces experts auront la lourde responsabilité d’inspecter les quatre locomotives reconditionnées dont le dossier continue de défrayer la chronique dans le milieu des affaires. “En fait, ce marché a fait beaucoup de bruit pour rien puisque l’Etat n’a jusqu’à présent décaissé un franc. C’est pour dire que le marché a été provisoirement attribué à l’entreprise américaine Satarem avec des conditions bien déterminées. L’inspection des locomotives est donc une étape très importante pour la validation de ce marché. C’est cette mission d’inspection qui va approuver le marché. Et pour la validation, il faudra attendre la décision du Conseil des ministres et non le département des Transports”, nous a confié une source proche du dossier.

Et si les locomotives ne répondent pas les conditions requises, il faudra aussi s’attendre à l’annulation de la procédure du marché par le service compétent, notamment la Direction générale des marchés publics (Dgmp). Il s’agit de déclarer le marché infructueux avant de lancer une nouvelle procédure d’Appel d’offres international.

Durant le séjour, les inspecteurs essayeront chacune des quatre locomotives. Il s’agira de s’enquérir de l’état et de tous les comportements des locomotives.

Notons que l’acquisition des locomotives reconditionnées s’inscrit dans le cadre de la relance des activités du trafic ferroviaire de voyageurs et de marchandises sur l’axe Bamako-Diboli. Ce qui était l’une des ambitions de l’ex-président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, dans son plan d’urgence pour de nouveau faire siffler le train et ainsi soulager les travailleurs du Chemin de fer.

Pour ce faire, un budget de 9 milliards de Fcfa a été mobilisé par le gouvernement dont 4,7 milliards de nos francs pour l’acquisition de 4 locomotives reconditionnées. Il s’agit donc bien d’anciennes locomotives.

A ce sujet, le ministère des Transports et de la Mobilité Urbaine, sur instruction du département de l’Economie et des Finances, a lancé dans un premier temps un Avis de manifestation d’intérêt international où 13 dossiers ont été enregistrés par la Commission d’évaluation. Après avoir analysé ces dossiers, 10 sociétés ont été finalement retenues et leurs dossiers validés par la Direction générale des marchés publics. Ces prestataires en ont été informés. Ensuite, un Appel d’offres international restreint pour l’acquisition de 4 locomotives avec assistance technique et entretien a été lancé, à l’issue duquel, sur les 10 sociétés retenues, 7 se sont manifestées et 2 avaient demandé un report de la date du dépôt des dossiers, en avançant des arguments. Il s’agit d’une société française et d’une société américaine. D’après l’avis de la Dgmp, les arguments des deux sociétés ne sont pas des motifs de report, précise une source proche du dossier.

Et sur les 7 sociétés, finalement trois ont déposé leurs dossiers à l’Appel d’offres international. Là, il fallait une garantie d’un milliard de Fcfa. Les soumissionnaires sont : la Société Demba et Fils (Sdf), la Société américaine Satarem représentée au Mali par Dembélé Commerce Général “DCG” et la Société Bocoum Distribution Sarl.

Après avoir analysé les dossiers sur le plan technique et financier, la Société Satarem a été finalement retenue. Elle était le moins disant avec une proposition de 4 580 000 000 Fcfa. Tandis que la Société Demba et Fils était à 9 920 300 000 Fcfa et 7 599 200 000 Fcfa pour la Société Bocoum Distribution. Le rapport de la Commission de dépouillement a été ensuite validé par la Direction générale des marchés publics et approuvé par le département des Transports et de la Mobilité Urbaine.                      

  El Hadj A.B. HAIDARA

Source: Aujourd’hui-Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Entre nous: Enfin un nouveau laboratoire d’analyse d’hydrocarbures verra le jour dans 7 mois

ATTENTION, PRODUITS IMPROPRES A LA CONSOMMATION DANS NOS MARCHES : LE DIRECTEUR GÉNÉRAL DE LA DOUANE ALERTE

Système de riziculture intensive : Une technique pour accroître la production du riz

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct