Séchage de poisson : une alternative contre le gaspillage

Au Mali, le séchage de poisson est fait de façon artisanale, pratiqué depuis des dizaines d’années. Le séchage de poisson a su résister au temps, c’est l’une des astuces les plus utilisées par les bozo pour non seulement pour conserver le poisson, afin de satisfaire la clientèle. La renommée du poisson séché en français ou en Bambara « djegue Djaalan », n’est plus a démontré car dans certains foyers le poisson séché les bouillons comme le cube magie.

Souvent, face à des difficultés de conserver le poisson frais par manque de moyens, ces bonnes dames sèchent les poissons frais à leur possession qui n’ont pas puis être vendus, afin de toujours se faire une marge de manœuvre. Ainsi, elles évitent non seulement une perte, mais conservent pour quelques jours encore leur marchandise afin de les écouler sur le marché.

Pour sécher le poisson, il faut tout d’abord nettoyer les poissons, avant de le mettre au soleil pendant quelques jours. Pour avoir des poissons séchés de qualité, il faudra une surveillance bien attentionnée afin de ne pas permettre aux mouches de se poser et pondre leurs œufs et éviter pour aussi une quelconque incrustation des chenilles, les femmes mettent du sel sur le poisson avant de l’exposer au soleil. Le poisson séché est vendu partout au Mali. Dans nos marchés, souvent, les femmes ont l’embarras de choix.

Sur les étables de dame Doussou au marché de Sabalibougou, elle propose une gamme de poisson séché varié, allant du poisson en poudre aux poissons séchés en entier. « Je vends des épices, mais le poisson séché est très sollicité par les femmes. Pour me faire plus d’argent j’ai opté pour le poisson séché que j’ai fait moulu pour faciliter la tâche aux femmes. Sans oublier que nous avons des différents types de poisson séché comme les silures, les carpes, etc., » explique la dame.

Le poisson séché a un goût particulier et unique. Et il y a certains plats cuisinés qui perdent leur saveur s’il n’y’a pas de poissons séchés dans la sauce. Quant aux prix, ils sont ç la portée de toutes les bourses. Nous avons des morceaux de poissons qui commencent à partir de 100 FCFA. Le kilo lui varie selon les variétés de poissons et les plus chers sur le marché s’élèvent à 3500 FCFA » dira dame Doussou.

Adam DIALLO 

 Source: Bamakonews

Vous allez aimer lire ces articles

Mali: les banques resteront fermées ce lundi

Chambre de commerce et d’industrie du Mali : Youssouf Bathily, bientôt à la tête d’un bureau caduc

Soumeylou Boubèye Maiga après le discours d’IBK : “dommage qu’il ait fallu des morts pour prendre une décision qui s’imposait d’elle-même”

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct