Total Mali : des travailleurs en sit-in pour non-application d’un protocole de 2019

Des travailleurs de la société pétrolière française au Mali, Total, ont tenu un sit-in, lundi 1er mars 2021, devant la direction générale de la société. Motif : réclamer l’application d’un protocole d’accord signé en 2019.

Le personnel de la direction générale de la société pétrolière française au Mali, Total, a entamé ce lundi 1er mars 2021 un sit-in. Un arrêt de travail qui pourrait se poursuivre durant tout le reste de la semaine s’il n’y a pas satisfaction des doléances des travailleurs. Il est prévu également le dépôt d’un préavis de grève.

La multinationale Totale bien qu’implantée au Mali aurait de la peine à travailler dans le respect des lois du Mali. La direction locale de cette société au Mali ne serait qu’une « direction de façade », puisque serait commandée depuis la France.
Selon nos sources, depuis 2019, un protocole d’accord a été signé entre cette direction locale de Total et les syndicats des travailleurs. Mais hélas, jusqu’à nos jours, ce protocole demandant une augmentation de 15 % à compter de 2019 sur les salaires des travailleurs peine à être respecté.

Notre source précise que lors des négociations, la direction de la multinationale au Mali a fait comprendre qu’elle doit au préalable faire recours à la direction à Paris afin de se décider de l’entrée en vigueur de ce protocole. Mais depuis 2019, les travailleurs ont attendu. Mais « trop c’est trop ! ».

« Nous sommes au Mali. Ce n’est pas à la France de nous dicter ses lois, puisque nous sommes régis par le Code de travail malien », souligne notre source qui dit ne pas comprendre les raisons du « refus » de la mise en œuvre de ce protocole. Malgré la covid-19, les résultats de la multinationale ont été reluisants, rassure-t-il.

Togola

Source : Phileingora.org

Vous allez aimer lire ces articles

Le délestage en Côte d’Ivoire touche Bamako : Voici les explications de Energie du Mali

ROUTES SANDARE-KAYES, BANANKORO-DIORO: Odeurs de marchés de gré à gré attribués à Covec-Mali et EGMK

CHERIF Z HAIDARA DU SYNDICAT NATIONAL DES CHAUFFEURS ET CONDUCTEURS ROUTIERS DU MALI : ‘’ Notre patience a des limites, nous demandons l’application de l’article 30 faute de quoi, nous  partons en grève illimitée ‘’ 

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct