Malijet.co

Transport: Le G5 Sahel lance son projet de chemin de fer

L’étude de faisabilité du projet de chemin de fer du G5 Sahel a été lancée par les 05 pays qui composent l’organisation. Ils sollicitent une entreprise capable de réaliser ce projet.
Dans l’avis à manifestation d’Intérêt, il est écrit : «Le Burkina Faso, la République islamique de la Mauritanie, la République du Mali, la République du Niger et la République du Tchad ont créé, par la Convention de Création du G5 Sahel signé le 19 décembre 2014, un cadre institutionnel de coordination et de suivi de coopération régionale dénommé « G5 Sahel ».

L’avis rappelle que «le G5 a pour objet : (1) de garantir les conditions de développement et de sécurité de l’espace des pays membres ; (2) d’offrir un cadre stratégique d’interventions permettant d’améliorer des conditions de vies des populations ; (3) d’allier le développement et sécurité, soute nus par la démocratie et la bonne gouvernance dans un cadre de coopération régionale et internationale mutuellement bénéfique et (4) de promouvoir un développement régional inclusif et durable ».

Par ailleurs, les cinq pays qui composent le G5 Sahel à savoir : Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), «géographiquement déposés presque à l’image des 5 anneaux olympiques, s’étendent sur une superficie de 5096328 KM2, soit un peu plus du cinquième du continent africain» souligne l’avis. Il ajoute que «ces pays appartiennent du Sahel, la région démographique délimitée par le désert du Sahara au nord, l’océan atlantique à l’ouest, la vallée du Nil à l’Est et la savane subtropical (Soudan) au sud. Elle s’insère dans la région géopolitique du Sahara au sens large et constitue un espace pionnier en matière de coopération institutionnelle dans la bande saharo-saharienne francophone ». L’avis de manifestation d’intérêt souligne que «cette nouvelle organisation interétatique s’étend du littorale atlantique mauritanien à la centralité continentale du Tchad, constitue un nouveau front face à l’insécurité et à l’avancée des groupuscules terroristes vers le sud, déjà en proie au sous- développement ». Et, «c’est pourquoi le G5 Sahel a choisi de coupler ses actions à dimensions sécuritaire, un axe de développement notamment le renforcement de ses infrastructures de transport et de mettre en réseau les cinq pays de manière plus dynamique, par la construction d’un chemin de fer permettant de transport plus facilement des pondéraux via des conteneurisations comme des produits pétroliers, gaziers, le charbon ou les minerais ».

C’est lors du sommet ordinaire, tenu le 20 novembre 2015 à Ndjamena que les chefs d’Etats des pays ont décidé de la construction d’une ligne chemin de fer reliant la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad. «Pour la première phase de la mise en œuvre du projet, il est envisagé la réalisation d’une étude de faisabilité dont l’objectif global est de déterminer les caractéristiques techniques, administratives, juridiques et financières des aménagements projetés, par une harmonisation avec les sections des rails existants » dit l’avis.

Aussi, lors du 5ème sommet ordinaire tenu le 5 février 2019 à Ouagadougou, les chefs d’Etats ont instruit le secrétariat permanent de réaliser l’étude de faisabilité du projet sur ses fonds propres. En vue de traduire en acte cette volonté commune, le Secrétariat permanent du G5 Sahel (SP/G5S), se propose de recruter un bureau d’étude pluridisciplinaire spécialisé en infrastructures ferroviaires pour la réalisation de l’étude de faisabilité. Il est demandé aux bureaux intéressés et remplissant les conditions requises, de soumettre leur manifestation d’intérêts comportant les références techniques, l’existence juridique et administrative et les curriculum Vitae, par E-mail à l’adresse électronique suivante : [email protected] , avec copie au Spécialiste de Passation de marché du Secrétariat permanent du G5 sahel, courriel : [email protected] au plus tard le 20/03/ 2019 17H00mn. A l’issue de l’évaluation préliminaire, une liste restreinte (short list) sera rétablie. Les bureaux d’études pré qualifiés recevront les Termes de références et les instructions pour élaborer et soumettre les propositions techniques et financières.

dakartimesnews

Vous allez aimer lire ces articles

Autorité de régulation des marchés publics : 4.602 dossiers totalisant plus de 535 milliards de fcfa passes en 2018

Economie : Exploitation pétrolière et gazière en Guinée équatoriale, 27 nouvelles licences seront bientôt délivrées aux investisseurs privés

Industrie Minière au Mali : Quand la SEMOS-SA défie la justice malienne !

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct