Vague de cauchemars soulevés par l’OCLEI : De hauts fonctionnaires ont commencé à faire disparaître les traces de leurs biens !

Les derniers résultats de l’Oclei (Office Central de Lutte contre l’Enrichissement Illicite) qui n’ont pas manqué de défrayer la chronique, n’ont également pas manqué de soulever des vagues de cauchemars chez des officiels de l’Etat. Depuis la publication du dernier rapport de l’Oclei qui a spécifiquement épinglé 3 agents de l’Etat pour une accumulation rocambolesque de biens matériels, plusieurs hauts fonctionnaires maliens ont commencé à faire disparaître les traces de leurs biens mal acquis.

 


Trois cadres supérieurs soupçonnées d’enrichissement, ont été cités dans le dernier rapport de l’Oclei. Le document fait état d’une accumulation impensable de biens économiques vraisemblablement mal acquis au cours d’un certain nombre d’années de service public. Ces travaux inédits de l’Oclei dont les résultats ont profondément choqué l’opinion publique nationale, n’ont certainement pas fini de surprendre les Maliens au regard du fait que plusieurs autres dossiers soient en cours d’examen avant leur publication officielle.
La vague d’indignations soulevée par le rapport, a également créé un vaste mouvement d’insomnie au sein de nombreux responsables de la Fonction Publique, lesquels, à présent, ne cherchent plus qu’à se mettre à l’abri de toute dénonciation de richesses d’origine douteuse. Pour ce faire, ils s’époumonent désormais à faire disparaître les traces compromettantes de leurs biens dont ils sont, eux-mêmes, bien conscients du mode d’acquisition. Selon nos sources, nombreux sont ceux parmi les hauts fonctionnaires qui, par peur d’être découverts par les instances d’investigations de l’Oclei, se sont livrés à une liquidation systématique de plusieurs de leurs biens immobiliers en vue de s’en débarrasser le plus vite possible.


Les principales catégories de fonctionnaires concernés par ces actes de dissimilation, sont les agents des Impôts, les agents des Douanes, les agents du Trésor et autres services financiers de l’Etat. Ceux-ci ne dorment plus que d’un œil et seraient parmi les fonctionnaires les plus riches du Mali. Depuis quelques semaines, nombreux parmi ceux d’entre eux qui pourraient difficilement échapper aux services de contrôle de l’Etat, ne cherchent plus qu’à s’éloigner ou se déposséder d’une bonne partie de leurs richesses dont eux seuls savent la provenance.
C’est, par conséquent, l’occasion pour les structures de contrôle et même les services de renseignements, d’engager des politiques de surveillance plus actives en vue de mieux barrer la route à tous ces crapuleux ennemis des finances publiques. L’Oclei doit persévérer !

Moulaye Diop

Source: Le Point du Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Mali : La Banque mondiale compte 29 projets actifs d’un montant de 1, 8 milliards de dollars

KOULIKORO : flambée du prix du riz

Le directeur général de Kafo Jiginew, David Dao l’a affirmé hier: » Avec la Covid-19 et l’embargo et leurs conséquences sur le coton, le bilan de cette année va fléchir mais restera positif «

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct