Malijet.co

EDITO : la coexistence pacifique ?

Ce message papal, livré par le Pape Jean François, au Maroc ce week-end, est comme destiné à nous, à notre pays. Un pays où les ethnies s’entretuent comme des mouches, des fils sous le couvert du radicalisme massacrent leurs vaillants soldats, des chefs religieux au lieu de prier pour l’accalmie se transforment en pyromanes.
Un véritable problème de coexistence.


Ce, à telle enseigne que cela est devenue une normalité légitime de prôner son refus de coexister pacifiquement avec son prochain.
Dans le marigot politique, les querelles des crocodiles politiques sont bien compréhensives. Cela est de l’ordre normal de la pratique démocratique. Cependant, dans un pays en crise, soumis aux atrocités d’un terrorisme religieux aux multiples visages, comme le nôtre, doit-on admettre que des religieux tronquent leur tunique contre des boubous brodés des chefs de partis politiques pour oser hausser le ton contre la première institution de la République ?
Que dire de cette vidéo qui tourne en boucle sur les réseaux sociaux, où un illustre inconnu, le torse bombé du titre pompeux de porte-parole de l’imam Mahmoud Dicko, appelle le peuple à arrêter tout travail le vendredi prochain pour venir participer à leur manifestation ?
«Cet appel ce n’est pour autre chose, sauf que de délivrer un dernier message à IBK. Un message qu’il ne va pas entendre, mais voir » martèle ce fameux porte-parole, avant d’ouvrir grandement ses yeux comme s’il proférait des menaces. « Trop c’est trop, on va montrer à IBK que ce pays-là ne l’appartient pas. Qu’il existe un autre propriétaire différent de lui… », crache encore l’envoyé de l’imam Dicko. Comme pour démontrer qu’il n’y a aucune cohérence dans la structure de son message, il finira par lâcher le morceau. Surtout lorsque lui-même qui se présentait comme un simple livreur de message finira par s’indigner sur : le pourquoi de la dissolution d’une milice par le régime, sans au préalable faire une enquête ? « Ces gens-là veulent instaurer de la guerre civile dans notre pays, sinon il n’y a aucun conflit ethnique… » juge le porte-parole.
Après cette sortie hasardeuse du nommé Issa Kaou Djim, porte-parole de l’imam Dicko, certaines questions méritent d’avoir des réponses de leur part.
Cette marche du 5 avril qu’ils projettent de tenir se fera au nom du Haut Conseil Islamique (HCI) ou de celui de l’imam Dicko ?
Pourquoi dans le cadre d’une simple annonce de marche doit-on proférer des menaces de troubles, en affirmant que ce qui va se passer ne sera pas entendu mais vu par le président de la République ?
En vertu de quel pouvoir, un porte-parole d’un imam peut s’arroger le droit d’affirmer que le président de la République n’est pas le garant de la République ?
Sachant que ces questions ne seront jamais répondues, le gouvernement en restant simple spectateur de ces porte-voix de la révolte, cautionnera l’irréparable.
Certes au nom de la coexistence pacifique, l’on doit accorder la liberté d’expression et de manifestation, mais face au langage de la violence, la réponse la plus appropriée est le langage de la fermeté. Un pouvoir n’est en effet pas jugé sur le niveau de son indignation, mais sur l’efficacité de sa réaction.

La Rédaction

Source: Le Sursaut

Vous allez aimer lire ces articles

Mali : sacrée indépendance, qu’on ne s’y trompe pas !

SYNDICAT DE LA POLICE NATIONALE (SPN) SYNTADE UNTM : Les préparatifs de l’Assemblée générale statutaire bat son plein

Animisme au Mali : Soma Ousmane Traoré dit Banigoli célébre la 17ème édition de son sacrifice annuel

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct