Malijet.co

Edito : L’opposition se rachète !

Mardi 18 avril 2017. L’opposition dans son ensemble, les trois pôles politiques, était en réunion ordinaire des présidents des partis politiques. Les points saillants de l’ordre du jour étaient : La Conférence d’entente nationale ; la gouvernance ; l’écoute du chef de file de l’opposition à l’Assemblée Nationale sur la révision de la constitution…

 tiebile drame parena hamadoun dicko psp soumaila cisse urd opposition cheaka aboudou toure

Ce jour, à lire le post de certains membres de l’opposition politique, ont pris part à la rencontre : UPS, APF, EP Faso, FCD, PRVM-Fassoko, PARENA,  AFP, ADEPM, ADP, ADP-MaLiba, Parti lumière, Fare, SADI, URD, PSP, PIDS, PDES.

Cette  rencontre, caractérise-t-elle  le réveil de l’opposition politique ?

Les derniers évènements au Mali avaient démontré un climat très tendu entre les partis politiques de l’opposition. Divergence de vue, problème de leadership…Trois pôles se réclamant tous de l’opposition se présentent sur la scène. La division, elle intervient à un moment où la synergie était plus que jamais nécessaire. Elle balaie tout un effort déployé au départ : sa stratégie de dénoncer la politique machiavélique  du régime IBK. Dans tous les domaines, IBK et ses hommes adoptaient la posture de tout mettre à terre. Asphyxier le peuple qui l’a élu.

Elle a tenu tête à l’époque, pour sa  mission républicaine, noble, à des critiques acerbes émanant d’une partie du peuple. Elle était qualifiée d’aigrie, de rebelle qui  veut faire tomber à tout prix le régime.

Dieu est vérité et cette vérité s’éclate au grand jour ! Aujourd’hui, les Maliens, dans leur écrasante majorité, sont déçus de la gestion  des tenants du pouvoir. Ils sont déterminés et tout le monde converge vers une seule vision : Tout sauf IBK en 2018.

La division de l’opposition est synonyme, dans le cas malien, de trahison d’un peuple qui voyait en elle un espoir pour la rupture, pour un Mali nouveau dès 2018. Car au lieu de faire bloc, pour défendre le Mali, l’individualisme avait pris le déçu ; une guerre de positionnement qui a fragilisé toute une détermination.

Aujourd’hui, voir cette opposition dans son ensemble se réunir autour de l’essentiel prouve qu’elle a tiré leçon de ses erreurs, des critiques.

IBK et ses hommes ont transformé le Mali en lambeau. Tout patriote convaincu a intérêt à rejoindre le train du changement ; un changement qui commence par la défaite d’IBK en 2018. L’opposition a compris et a finalement décidé d’entrer dans le cercle pour UN MALI débarrassé des hommes à conviction individuelle en lieu et place de l’intérêt collectif.

Le train du changement est en marche, aucune force malintentionnée ne pourra l’arrêter.

Boubacar Yalkoué

Vous allez aimer lire ces articles

150 morts dans des émeutes à Bamako. Le dictateur Moussa Traoré tire sur la foule [1991]

Relations franco-maliennes: L’ouverture d’une nouvelle ère ?

Menaces du CSA à la CMA : Quand les déclarations de Macron à Gao font leurs premiers effets

ORTM en direct Africable en direct