Malijet.co

Edito: Lueur d’espoir !

Le climat politique était devenu très crispé après la présidentielle 2018. Une confrontation majorité-opposition a rendu le pays ingouvernable. Vu l’ampleur de la gravité de la situation, le Mali se trouvait même menacé de disparition.  Pour décrisper le climat politique, les rencontres entre le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita et le chef de file de l’opposition se multiplient en ces temps-ci. Ils se sont rencontrés trois fois en l’espace d’une semaine. A toutes ces rencontres, les deux hommes se sont entretenus pendant au moins deux heures. Toute chose qui dénote que le dossier avance pour une sortie de crise. Le grand Mali étant un pays de dialogue, le chef de file de l’opposition, sur demande d’IBK, a également rencontré et discuté avec les anciens présidents Moussa Traoré, Amadou Toumani Touré (au téléphone) et Dioncounda Traoré et Alpha Oumar Konaré. Le compte-rendu de tous ces entretiens se fera au Président IBK qui a également reçu d’autres responsables politiques que sont, entre autres, TiébiléDramé, Mohamed Ali Bathily.

L’objectif de toutes ces rencontres est de trouver des solutions consensuelles aux problèmes actuels du pays. Cela va de soi puisqu’au regard de l’état actuel du pays, il est nécessaire d’instaurer un dialogue politique national afin de déboucher sur les textes qu’il faut pour une sortie de crise. A mon humble avis,  il est important que la décrispation qui a commencé puisse continuer parce que les Maliens ont trop souffert de cette crise insoutenable.

Ces différentes rencontres entre le Mandé Massa et le chef de file de l’opposition élargies à d’autres personnalités politiques sont une lueur d’espoir pour la nation malienne. C’est un grand pas de géant pour sortir notre pays du gouffre. Ça fait plaisir de voir ces hommes forts du rouage politique malien se donner la main pour sauver le pays, et donner le bon exemple au peuple malien.

Que ces deux hommes politiques se mettent d’accord pour défendre les intérêts du Mali reste une bonne chose. Il faut juste comprendre que personne ne viendra construire le Mali à notre place. Le Mali qui reste notre seul héritage a besoin de l’union de tous ses fils et fille pour qu’ensemble, nous puissions trouver des une solution à la crise que connait le pays. Si la mère patrie est menacée, pas question de majorité ou d’opposition, mais seulement du Mali.

Aliou Touré

Le Démocrate

Vous allez aimer lire ces articles

Quand Konimba Sidibé et semblables s’adossent sur une armée de putschistes… et de déserteurs pour vendre la haine

Politique et religion : les liaisons dangereuses

Mali : le président du parti Fare An Ka Wuli veut ouvrir le débat de la base au sommet

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct