Malijet.co

Edito : Ne nous servons pas de la jeunesse !

L’heure est grave en République du Mali. Après 1991 (la révolution) et 2012 (la rébellion du nord, le coup d’Etat et le contre coup d’Etat), les populations maliennes s’apprêtent à vivre des moments cauchemardesques. En cause : la rupture de dialogue autour d’un projet de révision constitutionnelle. Ce qui devrait nous unir et nous rendre plus forts, nous divise.

revision referendum projet manifestation constitutionnelle marche opposition

Le combat qui devrait se dérouler à l’intérieur des bureaux de vote, prouvant notre maturité démocratique, se transporte dans la rue avec le risque d’une guerre civile.

A qui profitera ce chaos ? Une jeunesse consciente est une jeunesse responsable de son devenir, à l’abri de manipulation, d’instrumentalisation… Si en 1991, la jeunesse a servi de fer de lance à la révolution, c’était contre la « dictature ».

Doit-elle être utilisée, aujourd’hui, pour renverser un pouvoir démocratique ? Quelle sera la légitimité de son action ? Quelle leçon démocratique laissera-t-elle pour la postérité ? Réfléchissons avant d’agir. Si la jeunesse doit s’affirmer, c’est mieux qu’elle le fasse par elle-même et sur des bases saines.

« Un Peuple – Un But – Une Foi » « Le Mali Un et Indivisible » qui doit se dresser contre ses ennemis et non contre lui-même.

La Rédaction

Vous allez aimer lire ces articles

In memoriam: Yambo Ouologuem : Ce n’est pas une seconde mort mais le repos apaisé du guerrier

En un mot: Qui a donc « mangé » le camp Boiteux ?

Édito : Ir Ganda : restitution

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct