EN UN MOT : Au centre, le sang continue de couler

Alors que les regards sont tournés vers Farabougou dans la région de Ségou, assiégé depuis vingt jours par des groupes qui se présenteraient comme des jihadistes, le sang continue de couler au centre. Ainsi, selon l’association Tabital Pulaaku, le 22 octobre a vu le massacre dans le village de Liébé, dans le cercle de Bankass, de plus de 24 civils dont des enfants et des personnes âgées.

 

Un massacre survenu quelques jours après la mort d’une quinzaine de militaires et autant de civils dans les mêmes zones attribuée à des terroristes. Des accusations sont portées de part et d’autres et même contre les forces régulières.

Irréversiblement, le pays se consume et on regarde ailleurs, comme dirait l’autre.

DAK

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous allez aimer lire ces articles

Edito : Transition militaire, l’échec programmé !

Transition ou trahison ?

En un mot : La galaxie Dicko se désagrège

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct