Malijet.co

En un mot : des classes restent encore fermées

Pour résoudre la crise scolaire, le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Kéita, a rencontré les notabilités de Bamako et les dignitaires religieux. Au sortir de la réunion, IBK a donné des consignes fermes pour la levée de la mesure de rétention et le paiement des salaires des enseignants.

Un geste qui consiste à faire fléchir les grévistes et à sauver l’année scolaire. Mieux, l’on pensait que cette décision du locataire de Koulouba allait être suivie de la fin de la grève. Rien ! Puisqu’hier, lundi, les enseignants n’ont encore regagné les classes. L’argument mis en exergue par les syndicats est que le paiement de salaires ne figure pas dans le cahier de revendications. C’est un préalable pour juste reprendre les négociations avec le gouvernement.

Qui s’est trompé ? IBK dispose-t-il de toutes les informations ? L’on peut comprendre que sa démarche permet de calmer la situation et de réinstaurer la confiance mais elle ne résout pas toute la crise. C’est un fait réel que la grève a eu des répercussions sur les salaires mais il faut préciser que dans plusieurs académies, les enseignants ont eu droit à des paiements….Lire la suite sur L indicateur du Renouveau

Vous allez aimer lire ces articles

Epargnons l’Armée !

Afri’ Actu : Et si Kidal cessait d’être un no man’s land ?

Entre nous : Epargnons l’Armée !

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct