Malijet.co

EN UN MOT: Galère pour les ruraux !

Avec la marche réprimée de ce mercredi,  le mouvement de grève de certains syndicats enseignants a pris une nouvelle tournure.  Sauf grosse surprise, certains enseignants envisagent dans quelques jours une nouvelle très longue période d’arrêt de travail sur toute l’étendue du territoire national. Face à leur revendication, le gouvernement semble n’avoir aucune intention de céder et va continuer  à faire des retenues sur les salaires. Cette mesure commence à affecter  sérieusement l’unité des enseignants très inégalement affectés.

 

En effet, si dans les villes ils comptent sur les revenus issus des cours privés à domicile et dans les écoles privées pour arrondir les fins de mois, dans les milieux ruraux ils ne peuvent percevoir que leurs salaires. Ce qui fait que comme à l’accoutumée ainsi que pour les enfants qui ne bénéficient point de cours à domicile, les “pauvres ruraux” se retrouvent dans une situation financière chaotique et sociale finalement insoutenable. Ils risquent bien de ne pas supporter plus longtemps la grève. Beaucoup d’entre eux envisagent de reprendre les cours avant le mois de ramadan qui donne lieu à beaucoup de dépenses.

Encore une fois,  selon que l’on soit Bamakois ou villageois, on vit différemment la citoyenneté malienne.

DAK

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous allez aimer lire ces articles

Mali: Que reste-t-il du 26 mars ?

Edito : A bas le cartel politique !

Éditorial : Chaque Malien doit être une solution contre le Covid-19

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct