En un mot : Grand oral pour les putschistes

Tous les regards sont aujourd’hui tournés vers accra au Ghana où se tient un sommet de la Cédéao auquel pas moins de neuf chefs d’Etat participeront pour trouver une porte de sortie à la crise sociopolitique malienne. D’ailleurs, le chef de la junte himself et plusieurs de ses compagnons vont défendre les résolutions sorties des concertations nationales d’ailleurs contestées par une partie du M5-RFP dont les manifestations ont contribué à la chute d’IBK.

 

A défaut de faire accepter une transition de 18 mois et un militaire à la tête de l’Etat, le colonel Assimi Goïta a plusieurs plans sous la main et compte sur l’apport de ses émissaires auprès de certains présidents de la sous-région pour s’en tirer à bon compte. En tout cas, il peut déjà compter sur le soutien des trois principaux chefs religieux du Mali (Chérif de Nioro, Madani Haïdara et Dicko) et l’affaiblissement des politiques maliens de plus en plus rejetés par l’opinion nationale.

DAK

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous allez aimer lire ces articles

Éditorial : Du sang pour se maintenir au pouvoir

Edito : Tous au front pour sauver le Mali

Éditorial : Jeune, comment réussir ?

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct