La relance de la lutte contre la corruption est en train de coûter cher aux élus locaux. A cet égard, ils sont plus d’une dizaine à être déjà renvoyés derrière les barreaux. Après le président du Conseil de cercle de Kayes et d’autres dignitaires locaux, des maires comme ceux de Baguinéda et de Safo ont été mis sous mandat de dépôt. A qui le prochain tour ? serait-on tenté de s’interroger.

 

En tout cas, tout porte à croire que les autorités des collectivités locales vont procéder cette semaine à d’autres interpellations. Des maires des différentes communes de Bamako et du district sont aussi dans la ligne de mire des juges ( Adama sangare en garde à vue depuis hier midi pour le dossier des éclairage publics du cinquantenaire). Ils s’apprêtent à passer dans les jours à venir la vitesse supérieure dans l’instruction du dossier des hélicoptères cloués au sol.

Là aussi, de nombreuses personnalités militaires, civiles et politiques sont d’ores et déjà convoquées dans le cadre de ce dossier sulfureux qui risque d’éclabousser plusieurs gros bonnets de la République.

Secouer véritablement le cocotier : c’est tout ce que les Maliens qui n’y croient pas encore demandent au ministre de la Justice et à son parquet qu’ils encouragent à poser enfin les balises du salut du peuple.

DAK

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau