Le 11 mai 1956 disparaissait Mamadou Konaté, homme d’Etat franco-soudanais qui a créé, avec Modibo Keita en 1945, le Bloc soudanais qui deviendra l’Union soudanaise, future section du Rassemblement Démocratique Africain (RDA) dont le congrès constitutif, rassemblant 800 délégués venant de l’Afrique Occidentale Française (AOF) et de l’Afrique Equatoriale Française (AEF), s’est tenu le 18 octobre 1946 à Bamako.

Mamadou Konaté a été élu en janvier 1956 député à l’Assemblée nationale française dont il a été désigné Vice-président. Il s’est investi avec passion pour l’émancipation des populations africaines et de l’Océan indien comme en témoigne celle-ci : « Il est essentiel de ne pas se complaire égoïstement dans la seule satisfaction de ses besoins matériels.

L’aspect civique et moral, la dignité, l’honneur doivent nécessairement avoir le pas sur la vile satisfaction des besoins matériels. Se battre, lutter, se sacrifier au bénéfice du groupe.

Lorsque la cause est juste, la foi, le courage, la détermination ne peuvent pas échouer ». Ce héros de notre histoire est presque tombé dans l’oubli car en dehors des initiatives de l’association Mamadou Konaté (AMK), la nation non reconnaissante semble lui tourner le dos et les jeunes générations sont réduites à retenir de cet immense leader les édifices qui portent son nom. C’est encore dommage pour notre mémoire collective.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau