Malijet.co

Féminisme oui, misandrie non!

La blogueuse Fatim Touré regrette que le féminisme soit devenu un combat contre les hommes.

S’il y a un nouveau combat qui émerge ici, au Mali, c’est celui des femmes qui veulent s’autonomiser et être placées au même pied d’égalité que les hommes. On assiste à une poussée spectaculaire de jeunes femmes se prétendant féministes.

Le combat me semble justifié, parce qu’avec les viols impunis, les agressions sexuelles, les meurtres, les salaires inférieurs, le manque d’opportunité, nous ne sommes pas encore sorties de l’auberge.

Le féminisme, ma part de vérité

Pour ma part, le féminisme est un mouvement complexe, à la fois politique, social, culturel et intellectuel, cherchant à promouvoir les droits des femmes et leurs intérêts dans la société. Encore mieux, c’est juste la volonté d’améliorer et d’étendre le rôle et les droits des femmes dans la société.

S’il est vrai que certaines injustices existent depuis longtemps et qu’elles sont devenues banales, aux yeux de certains, pour qui d’ailleurs la femme est inférieure à l’homme, nous ne devons pour autant pas nourrir une animosité envers les hommes au point d’en faire des ennemis dans notre combat.

Misandrie

Ces derniers temps, il y a pas mal d’amalgames dans les rapports femmes leaders-hommes. Le combat est devenu tellement féroce qu’on croirait qu’il y a de la misandrie dans l’air : un genre de mépris voire de haine envers le sexe masculin.

Souvent, ce sentiment est toutefois justifié mais je voudrais attirer l’attention des femmes battantes, qu’en s’acharnant sur les hommes, nous nous coupons de la réalité. Le féminisme ne doit pas se transformer en une dépersonnalisation, ni être synonyme de ne jamais demander de l’aide à un homme.

Le juste combat

En tant que femme, nous ne devons pas nous tromper de combat. Accuser les hommes à tout bout de champ ne nous mènera nulle part. Cela nous ralentit, bien au contraire. Nous devons les associer à notre cause et nous battre ensemble pour un monde égalitaire, basé sur l’équité des genres (dans des domaines bien spécifiques bien sûrs).

Nous devons promouvoir la complémentarité entre les deux genres, et non une concurrence absurde. Construire de nouveaux rapports sociaux entre les hommes et les femmes pour que l’entraide soit plus assimilée par la génération future.

Changement de stratégie

Les hommes doivent bien comprendre que l’égalité hommes-femmes ne se fera pas sans eux. Toutes les femmes ne sont pas misandres, beaucoup se battent spécialement contre les injustices, s’attaquent aux vrais problèmes, préparent un héritage pour la génération future ; et cela, elles le font le plus souvent en s’inspirant des hommes.

Les vraies femmes sont conscientes que nous ne pourrons jamais avancer dans nos combats sur l’inégalité sans les hommes, mais il ne faut pas non plus oublier que ce combat se doit d’être fait avant tout par les femmes. Changeons de stratégie mesdames ! Ne nous battons pas contre les hommes, battons-nous plutôt contre cette société patriarcale, cette forme d’organisation sociale et juridique fondée sur la détention de l’autorité par les hommes.

Source: benbere

Vous allez aimer lire ces articles

SOCIÉTÉ : « Tchè ka kai Tchè yé dron »

Edotorial: on se bat ou on se barre !

Editorial: on se bat ou on se barre !

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct